Apprendre des joueurs de cartes

lundi, 12.06.2017

Les joueurs de cartes découvrent très tôt qu’anticiper vaut mieux que prédire. Comme les investisseurs!

Burkhard Varnholt CIO Swiss Universal Bank, Deputy Global CIO Credit Suisse

Le risque signifie que bien plus de choses pourraient arriver qu e ce n’est le cas dans la réalité. Comme nous n’observons qu’une petite partie de l’éventail des évolutions possibles, j’ai mentionné la semaine dernière (dans mon CIO Note intitulé «Valet, dame, roi, as») l’art de la réflexion probabiliste des joueurs de cartes.

Penser et agir de manière probabiliste se distingue de l’action linéaire et mécaniste par la flexibilité mentale et la capacité d’adapter sa tactique aux nouveaux faits et probabilités survenant au fil de la partie. Cette aptitude, associée à une bonne stratégie, est la clé du succès de ces joueurs. Mais elle est également précieuse dans l’activité de placement et dans d’autres sphères de la vie.

Savoir faire preuved’humilité

Les joueurs de cartes apprennent tôt qu’anticiper vaut mieux que prédire, car les prédictions peuvent se révéler fausses. En revanche, l’anticipation de différentes évolutions en tant que discipline rigoureuse augmente les chances de succès.

En effet, tout aspect de la réalité – que ce soit en bourse, en biologie ou dans la société – repose toujours sur un processus aléatoire, c’est-à-dire sur la possibilité que quelque chose d’autre puisse se produire.

Et comme il n’est pas possible de prédire des processus aléatoires de manière précise, une attitude probabiliste constitue le meilleur fondement pour l’anticipation et la maîtrise des risques, la vertu cardinale en gestion de fortune.

Les joueurs de cartes doivent faire preuve d’humilité, car ils se rendent compte que le succès et l’échec ne dépendent pas seulement de leur habileté. La chance et la malchance jouent aussi un rôle. Néanmoins, sur la durée, nous pouvons attribuer les meilleures opportunités à la chance et fixer des limites plus strictes à la malchance.

Cette lutte permanente rend humble et distingue le bon gestionnaire de fortune.

Les joueurs de cartes apprennent également qu’il faut souvent interpréter de manière relative l’expression «bonne pioche ou mauvaise pioche». Il en va de même en investissement.

Des placements de grande qualité peuvent se révéler parfois risqués et des placements de moindre qualité revêtir peu de risque, car tout dépend toujours du prix initial que l’on a payé. C’est le principe de la relativité en gestion de fortune.n


 

 
 

 
 
agefi_2017-06-12_lun_02


...