Formex: très smart, mais pas smartwatch

vendredi, 09.06.2017

Raphaël Granito. 29 ans, fils de sous-traitant horloger, il a repris la marque biennoise Formex il y a deux ans et prend le tournant irréversible du tout online.

A l’heure où toutes les grandes marques de montres s’interrogent sur leur stratégie digitale. A l’heure où le secteur s’épanche sur sa crise structurelle. A l’heure où l’industrie pense à réformer sa distribution. Une petite marque outsider vient avec des réponses taillées dans le bon sens, en phase avec l’environnement d’affaire actuel et agrémentée de toute l’audace d’un jeune challenger. Raphaël Granito, dirigeant et propriétaire de Formex, a pris le pari de se retirer de la distribution retail et a pris le tournant définitif de la vente en ligne et en direct. Cela ne mériterait sans doute pas que l’on s’y arrête si cette décision n’était pas appuyée à une révision complète du positionnement et de l’expérience client. Le positionnement tout d’abord: les marges du distributeur et du détaillant étant gommées, les prix ont été coupés de moitié. Un geste fondamental alors que l’horlogerie est en pleine révision de sa stratégie de prix. Une provocation aussi qui rappelle que le prix public d’une montre suisse correspond à un multiple d’un autre âge. Formex se poste ainsi en concurrent direct sur l’entrée de la montre mécanique, un segment surdominé, en Suisse, par certaines marques de Swatch Group. Non content, Raphaël Granito réalise une percée dans l’expérience client avec une app inédite et le soutien du sport extrême. Très smart. page 6



 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-06-09_ven_01
 


...