Les caisses peuvent aider les PME innovantes

vendredi, 09.06.2017

Entreprises. Trop de concepts prometteurs développés en Suisse quittent le pays en raison du manque de financement.

Christian Affolter

La Suisse romande compte parmi les régions les plus dynamiques d’Europe en termes de créations de start-up. Mais le potentiel émanant de cette activité très importante a de fortes chances d’être exploité à l’étranger si rien ne change. Deux étapes se révèlent particulièrement problématiques: la période de croissance nécessitant souvent des tranches de financement supérieures à 10 millions de francs, et les possibilités de sortie, en particulier sous forme de cotation des titres. Pour ces tours de financement-là, ce sont plutôt les Américains, les Chinois ou les Indiens qui répondent présent. Ce qui est bien paradoxal: des étrangers assurent le financement sans que des Suisses n’y participent. Une acquisition d’une entreprise suisse par un groupe étranger débouche habituellement sur un départ des équipes et du savoir-faire. Rares sont les cas où un maintien en Suisse peut être négocié. Comme le dit l’adjoint du Vice-président pour l’innovation de l’EPFL Michaël Thémans, il s’agit d’éviter «que la valorisation quitte notre territoire». Les capitaux pour ce faire semblent disponibles, notamment au sein des caisses de pension. Beaucoup de travail est encore nécessaire, tant au niveau des conditions que des convictions. page 5


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-06-09_ven_01


...