Pro Natura: 20.000 accidents par année avec du gibier

mercredi, 10.05.2017

Les animaux sauvages doivent migrer entre leurs quartiers d’été et d’hiver ou leurs lieux de reproduction pour survivre. Ils se déplacent aussi quotidiennement entre leurs dortoirs, leurs aires d’alimentation et leurs abris. Les voies entre leurs différents habitats sont importantes pour que les effectifs de cerfs, de chevreuils et d’autres espèces migratrices restent génétiquement sains et que la forêt soit protégée contre un abroutissement excessif. En Suisse, les voies de migration des animaux sauvages, qu’on appelle corridors faunistiques, sont fortement perturbées: sur 304 corridors faunistiques interrégionaux, 75 pour cent sont altérés ou même complètement interrompus. Ils sont fragmentés par des routes, des autoroutes, des voies de chemin de fer ou des zones habitées. Cela n’est pas sans conséquence. Il y a ainsi en Suisse, en moyenne, plus de 20’000 accidents avec des animaux sauvages sur les routes et les voies de chemin de fer suisses. Les coûts annuels de ces accidents atteignent selon les estimations entre 40 et 50 millions de francs suisses. Avec sa campagne «Voie libre pour la faune sauvage!», Pro Natura s’investit pour assurer les besoins de mobilité des animaux sauvages. «Nous demandons que les corridors faunistiques interrompus soient de nouveau rendus praticables et que les obstacles à la migration soient débloqués», dit Jan Gürke, le coordinateur de la campagne. – (Pro Natura)


 

 
 

 
 
agefi_2017-05-10_mer_02


...