Vers une économie de la durabilité

lundi, 08.05.2017

Nous devons réussir à conjuguer à l’unisson succès économique, environnemental et social.

René Longet

Nous savons que l’humanité est en passe de porter atteinte à des paramètres fondamentaux de la vie sur Terre, tels le climat, les océans, la biodiversité, les forêts, les sols, les ressources minérales et énergétiques non renouvelables. A noter que tout cela a lieu sans même que notre «société de consommation» ne parvienne à tenir ses promesses sociales (ascension sociale, égalité des chances, plein emploi) qui pouvaient un temps la légitimer.

Simultanément, nos législations permettent largement d’ignorer les dommages qu’une activité inflige à des tiers, à l’environnement ou aux générations futures, soit ce qu’on nomme les externalités négatives. Les prix sont ainsi faussés, occultant une bonne partie de la réalité. Cela est notamment visible dans le domaine de l’énergie, où ni le fissile ni le fossile ne paie tous ses coûts (risques radioactifs, changement climatique, pollution des océans, etc.).

Les lacunes de la comptabilité nationale en matière écologique et sociale commencent peu à peu à être discutées et le reporting sur ces points, qui est de plus en plus attendu notamment des grandes sociétés, les met en évidence. Mais entre la prise de conscience et la réalité du changement il y a encore d’importants progrès à accomplir.

Il est temps de mettre en cohérence les fins de mois des individus, des entreprises et de la Planète, et de conjuguer à l’unisson succès économique, environnemental et social. Ce n’est pas une utopie, un rêve de perfectionnistes voire d’enfants gâtés, mais une exigence de survie, de vie dans des conditions acceptables sur notre Planète, patrimoine commun de l’humanité.

Organiser la transition

Comment cette «transition» peut-elle se faire? Des orientations telles que la réparabilité, un meilleur usage de l’énergie, la valorisation des énergies renouvelables, la relocalisation solidaire, une généralisation de l’agro-écologie, l’économie circulaire, le commerce équitable, nous donnent des pistes, qui d’ailleurs sont de plus en plus concrétisées par des acteurs innovants.

Cette innovation, cette entreprise qui nous porte vers l’avenir, émerge sous nos yeux, dynamisant de nombreux jeunes, entraînant espoir et créativité. C’est cela l’espoir, l’économie de la durabilité. L’actuel débat sur la stratégie énergétique 2050, qui voit pour la première fois une bonne partie de l’économie s’impliquer pour une nouvelle donne énergétique, montre la voie. De nombreux emplois locaux, diversifiés et pérennes en résultent et en résulteront encore. Merci aux acteurs innovants, vous êtes l’économie de demain, et déjà d’aujourd’hui.


 

 
 

 
 
agefi_2017-05-08_lun_02


...