La numérisation est une chance pour le tourisme

vendredi, 05.05.2017

Hôtellerie. Le secteur touristique doit innover, dit Johann Schneider-Ammann. Le salut ne viendra pas de Berne.

Fathi Derder

Le tourisme suisse est à la peine. Franc fort, plateformes numériques, concurrence internationale : les hôteliers souffrent, et cherchent des solutions. Notamment à Berne, où ils pratiquent un intense lobbying en multipliant les interventions parlementaires. Ce jeudi, par exemple, le Conseil national lui a accordé une TVA préférentielle à 3,8%. En mars, il obtenait du Conseil des Etats une interdiction des pratiques de Booking.com.

Mais le lobbying n’est pas une réponse durable. Le salut de l’hôtellerie ne passe pas par des soutiens  bernois ou des lois liberticides, mais par la qualité et l’innovation, comme l’a rappelé Johann Schneider-Ammann, qui a exhorté l’industrie touristique à faire preuve d’esprit d’entreprise,  hier à Lucerne lors du Forum Mondial du Tourisme, devant quelque 500 participants venus de 75 pays. Un appel à l’innovation, en somme.

Ce qu’ils font. Sur le terrain, tous les jours, ou à l’Ecole hôtelière de Lausanne. «Les hôteliers ne font pas que pleurer, affirme Christine Demen Meier, de l’EHL. Ils essaient d’améliorer leur offre, ils investissent beaucoup, pour autant qu’il y ait un marché». Et si la numérisation était une chance pour le tourisme? 


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-05-05_ven_01
 


...