PRéVISIONNISME. Des entreprises technologiques testent les alternatives aux sondages en France En Suisse également " name="description"/>
 

Le résultat du premier tour très attendu par les analystes réseaux

vendredi, 21.04.2017

PRéVISIONNISME. Des entreprises technologiques testent les alternatives aux sondages en France En Suisse également

Les élections et référendums dans le monde mettent les instituts de sondage sous pression depuis des années. Les derniers grands épisodes de la crise du prévisionnisme électoral ont été l’émergence d’un candidat aussi improbable que Donald Trump aux Etats-Unis, le Brexit au Royaume-Uni, les élections aux Pays-Bas. En Suisse, haut lieu très concentré des échéances à répétition, les surprises et déceptions n’ont pas manqué non plus depuis au moins une décennie.

La configuration politique exceptionnellement morcelée et indécise en France depuis le début d’une campagne électorale à rebondissements multiples semble une très bonne occasion de tester ou expérimenter de nouvelles approches.

Elles passent en général par l’intelligence artificielle et  l’analyse macroscopique des réseaux sociaux, ce qui crée évidemment des biais considérables à corriger à priori par rapport aux profils types des utilisateurs. Un peu dans le sens inverse des sondages d’ailleurs, qui n’atteignent plus non plus toutes les classes d’âge ni catégories sociales. Ce qui laisse penser que les deux méthodes pourraient être encore assez longtemps complémentaires. Le big data électoral pouvant surtout servir, à ce stade relativement précoce de son développement, à pondérer les sondages.

L’entreprise française  Vigiglobe, basée sur le site du technopole Sophia Antipolis dans les Alpes Maritimes, active également en Belgique et au Royaume-Uni dans l’analyse des réseaux sociaux, avait vu juste s’agissant de Brexit et des primaires en France. Elle expliquait hier dans le quotidien économique parisien La Tribune pourquoi et comment la dynamique des réseaux, surtout connus pour leur ancienne et efficace «fachosphère», pouvait être interprétée très différemment. Les derniers sondages, diffusés en milieu de semaine, donnaient toujours Emmanuel Macron en tête, suivi de près par Marine Le Pen, puis François Fillon et Jean-Luc Mélenchon.  

Vigiglobe constate  de son côté que le trio de tête, depuis une semaine, est clairement composé de François Fillon, d’Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon. suite page 17


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-04-21_ven_01
 


...