Les effets collatéraux d’une libéralisation

mardi, 18.04.2017

Paiements. Il ne faut pas minimiser les conséquences de la réglementation européenne PSD2.

C’est le sigle qui met la scène fintech en ébullition depuis plusieurs mois. Y compris en Suisse. PSD2, soit la dernière mouture de la directive européenne sur les paiements, sera une réalité dans neuf mois dans l’Union européenne. SwissBanking a récemment publié une analyse sur ce sujet. De quoi s’agit-il exactement? En résumé, PSD2 traduit la volonté de moderniser la réglementation, en prenant en compte les spécificités des nouveaux modes de paiement, par internet et mobiles par exemple, et de renforcer la protection des consommateurs, y compris au niveau des cyber risques. Mais l’aspect dont tout le monde parle est l’ouverture du marché à de nouveau acteurs, autres que les banques. La directive précise en particulier que toute entreprise qui fournit et conserve des informations sur des comptes clients doit les rendre accessibles à des tiers sous réserve que le client lui en ait donné l’autorisation. Une telle mesure contraindra donc les banques à ouvrir à des tiers l’accès aux données de leurs comptes clients via des interfaces de programmation applicative (API). Pour SwissBanking, le diable se cache dans les détails de la mise en place de PSD2. Notamment sur le degré d’accès aux informations. page 4


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-04-18_mar_01
 


...