Bcorp: réseau d’entreprises orientées sur le développement durable

jeudi, 13.04.2017

Certification pour mettre en avant et en contact des entreprises avec une approche sociale et environnementale.

Johan Friedli

Jonathan Normand. La performance financière est tout à fait compatible avec les aspects sociaux et environnementaux, revendique le responsable du projet en Suisse.

La communauté Benefit Corporation (Bcorp) commence à se développer en Suisse, plus particulièrement côté francophone. Le réseau a pour objectif d’accompagner et de rassembler les entreprises qui se donnent des objectifs de développement durable. Avec la volonté de montrer que la performance financière est tout à fait compatible avec les aspects sociaux et environnementaux, précise Jonathan Normand, responsable du projet pour la Suisse. 

L’adhésion à Bcorp est liée à une série de critères internationaux défini par l’organisation à but non lucratif B Lab. Elle revendique le standard le plus rigoureux au monde en la matière. En particulier afin d’éviter d’être assimilé à du green washing. Des critères qui répondent entre autre aux Objectifs de développement durable fixés par l’ONU.

L’organisation met à disposition un outil gratuit online appelé B Impact Assessment. Il permet aux entreprises intéressées de prendre conscience de leur avancement actuel via une série de 200 questions. Tout en mettant à dispositions des solutions mises en places par d’autres entreprises, pour éviter de rester dans le théorique. L’outil comprend aussi des questionnaires spécifiques à 180 branches différentes.

Une fois cette première évaluation établie, les entreprises qui veulent aller plus loin peuvent demander à rejoindre le réseau Bcorp. Il y a alors une procédure de certification effectuée par l’ONG. Elle va tester l’entreprise sur un vaste horizon de pratiques. L’idée n’est pas de décourager mais bien d’avoir une crédibilité maximale au niveau de la certification. L’entreprise se voit ensuite attribuer une note allant de 0 à 200 points. Un score de 80 est nécessaire pour rejoindre la communauté Bcorp. Le meilleur score, détenu par le néerlandais Fairphone, est de 147 points.

La dernière étape consiste à introduire une clause spécifique dans les statuts. Pour inscrire les enjeux sociaux et environnementaux dans l’ADN de l’entreprise. Ainsi que rendre responsable la direction de l’entreprise. Les membres de Bcorp paient une petite contribution financière en fonction de leur chiffre d’affaires.

Une procédure qui peut sembler complexe mais qui permet surtout d’être pris au sérieux. Bcorp est aussi un label pour reconnaître une entreprise qui s’investit dans le développement durable, explique Jonathan Normand. C’est par exemple un des critères pour Genève lors de l’attribution d’appel d’offres, pour l’aéroport aussi. Ou encore un moyen pour les membres de Bcorp de choisir leurs fournisseurs. Une monnaie locale intégrée au réseau pourrait aussi avoir tout son sens. 

En Suisse francophone, il y a actuellement 17 entreprises dans Bcorp. Ainsi qu’une dizaine en Suisse alémanique. Elles sont cependant 50 en cours de certification. Il n’y a actuellement pas de grandes entreprises suisses dans la communauté mais certaines sont en train d’y réfléchir. Un processus qui demande cependant plus de temps à cette échelle. A l’inverse, il existe aussi un programme destiné aux start-up. Pour les aider à adopter les bonnes pratiques dès le début.


 

 
 



agefi_2017-04-13_jeu_05
 


...