Toutes les synergies projetées par Saint-Gobain sont dépassées

mercredi, 12.04.2017

Sika. L’assemblée générale du groupe zougois n’a fait que rappeler l’isolement de la famille propriétaire face à son deal.

Stéphane gachet

«Paul Hälg, gib dir einen Ruck!»  L’appel d’Urs Burkard (héritier de la famille propriétaire) au président du conseil d’administration («Secoue-toi, Paul Hälg») restera la phrase la plus symptomatique de la 4e assemblée générale tenue depuis l’ouverture du conflit avec le management de Sika, qui s’oppose et résiste avec succès à la prise de contrôle par Saint-Gobain. En résumé, rien n’a changé,  sinon que la famille est toujours plus enferrée dans sa volonté de vendre son bloc (16% du capital, 52% des droits de vote) à Saint-Gobain, alors que le management a réitéré en assemblée son ouverture au dialogue et sa détermination à construire une alternative acceptable et «sans obligation» pour la famille, dans le respect de son intention de mettre fin à son engagement dans Sika. Au final, la séance n’a fait que démontrer une fois encore l’esprit de confrontation et l’isolement dans lequel se trouvent aujourd’hui les cinq héritiers Burkard, qui ne peuvent compter aujourd’hui que sur une cour de conseillers, communicants et juristes, dont la stratégie ressemble toujours plus à de l’entêtement, alors que le Tribunal de Zoug a rendu un premier verdict en faveur de Sika et qu’aucun argument de poids ne laisse à penser, à ce stade, que d’autres instances révoquent ce premier verdict. Urs Schenker, l’un des conseillers les plus influents de la famille, a conclu son intervention en déclarant qu’il n’y avait que deux issues possibles au conflit et que dans les deux cas, la famille déciderait. Ce serait donc juste une question de temps, un point de vue déjà largement exprimé et repris dans les médias.

Si les arguments se ressassent, le management au contraire continue de démontrer sa virtuosité à réaliser sa stratégie de croissance. Dans son discours d’introduction, Paul Hälg a souligné que l’augmentation de la rentabilité au cours des deux dernières années «a créé substantiellement plus de valeur que ce que les synergies promises par Saint-Gobain ne généreront jamais.» Sur la forme, les droits de vote de la famille ont à nouveau été limités à 5% sur tous les objets soumis aux actionnaires et liés à la vente du contrôle à Saint-Gobain. Page 3


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-04-12_mer_01
 


...