Les mégatendances à long terme

mardi, 11.04.2017

Comment miser avec un horizon de placement sur dix ou quinze ans voire d’avantage.

Philippe G. Müller

Ces temps-ci, beaucoup d’investisseurs se demandent si, compte tenu de la hausse du prix des actions ces dernières années, le moment est bien choisi pour s’engager sur les marchés des actions. En effet, il est extrêmement difficile, voire impossible, de toujours trouver le bon «timing», c’est-à-dire de saisir le moment opportun pour acheter ou vendre, notamment parce que nos émotions nous poussent bien souvent à le faire au mauvais moment.

Il est possible d’échapper à ce dilemme en fixant volontairement, pour une partie de ses investissements, un horizon de placement à très long terme, par exemple dix ou quinze  ans, ou même davantage.

Lorsqu’on raisonne sur de longues périodes, le moment de l’investissement n’est pas très important. Par ailleurs, des achats échelonnés dans le temps permettent de bien diversifier le risque lié à l’entrée sur le marché.

Dans cette optique de long terme, le Chief Investment Office (CIO) d’UBS a identifié il y a quelque temps toute une série de thèmes de placement qui profiteront de trois tendances de fond appelées à durer pendant plusieurs décennies: premièrement, la forte croissance de la population mondiale, deuxièmement, qui découle du premier point, l’urbanisation galopante, notamment dans les marchés émergents où surgissent de plus en plus de mégalopoles. Et troisièmement, le vieillissement croissant des sociétés partout dans le monde.

La croissance de la population et l’urbanisation profiteront par exemple aux entreprises qui se sont spécialisées dans la mise à disposition d’infrastructures telles que les moyens de transport, les services d’approvisionnement et d’élimination des déchets et d’autres services publics. Le vieillissement de la population profitera quant à lui aux entreprises qui se concentrent sur le traitement des maladies particulièrement fréquentes chez les seniors comme le cancer.

Parmi la vingtaine de thèmes qui apparaissent intéressants dans le contexte des trois tendances de fond, un trio retient particulièrement l’attention actuellement: «automation et robotique», «protection et sécurité» et «efficience énergétique».

Pour ceux-ci, ainsi que pour de nombreux autres thèmes axés sur le long terme, le CIO d’UBS a identifié des entreprises très bien positionnées sur leur marché et qui devraient donc générer durablement des rendements supérieurs à la moyenne.

Une bonne diversification à l’intérieur d’un thème reste impérative, c’est-à-dire qu’il est préférable de ne pas miser seulement sur deux ou trois entreprises du secteur mais, dans la mesure du possible, sur dix entreprises ou plus. De même, il faut certainement recommander de ne pas miser uniquement sur des entreprises d’un seul pays, mais de chercher à investir dans des régions différentes du monde avec une diversification maximale.

Les investisseurs devraient aussi viser une diversification sur plusieurs de ces thèmes de long terme. Enfin, un engagement dans les actions apparaît tout à fait judicieux, notamment en regard des évolutions attendues ces prochains mois sur ces marchés.

Compte tenu de l’accélération conjoncturelle dans le monde entier, le CIO d’UBS est toujours confiant dans une évolution positive des marchés des actions dans les prochains mois et pense que, dans l’actuelle phase postérieure de la reprise, les actions évolueront globalement mieux que les obligations d’entreprises. Plus que les perspectives à court terme, c’est toutefois l’accent mis sur les facteurs de rendement à long terme, en particulier ceux identifiés plus haut, qui est déterminant.

Économiste responsable

pour la Suisse romande,

Chief Investment

Office d’UBS


 

 
 



agefi_2017-04-11_mar_02
 


...