Plus de durabilité dans les universités

vendredi, 07.04.2017

Programme. La durabilité figure désormais en bonne place dans les agendas des universités suisses. Doté de quatre millions de francs, le programme de la Confédération correspondant, le «Sustainable Development at Universities» coordonné par les Académies suisses des sciences, a soutenu 54 projets durant les quatre dernières années. À l’occasion du Sustainable University Day à Bâle, les responsables du programme dressent un bilan positif. Le programme suivant, dédié aux projets étudiants, a déjà publié son premier appel à projets. 

«J’ai adoré débarquer avec tout notre matériel et surprendre les passants», raconte Louise Wehrli. L’étudiante de l’Université de Neuchâtel a mené un projet visant à sensibiliser les étudiantes et les étudiants au gaspillage alimentaire. «Le projet a donné un sens à ma vie universitaire.» L’engagement de Louise Wehrli est un exemple parmi beaucoup d’autres. 

Durant ces quatre dernières années, le programme (SDU) a en effet permis à de nombreuses idées de se réaliser. 

Aménager des jardins en permaculture, mettre en lumière des perspectives professionnelles dans le domaine du développement durable ou intégrer le thème de la durabilité dans toutes les filières d’études: grâce au soutien du programme SDU, des étudiants, des chercheuses et des membres du personnel des universités ont pu mettre en œuvre 54 projets. 

Les dix universités suisses ont complété les quatre millions de francs mis à disposition du programme par la Confédération par des moyens financiers et matériels de même valeur. Une moitié des montants alloués a financé le développement de nouvelles offres d’enseignement, tandis que l’autre moitié a été partagée entre projets étudiants et recherche. La gestion du programme a été assurée par le Réseau pour la recherche transdisciplinaire (td-net) des Académies suisses des sciences. 

Dans le rapport final présenté lors du Sustainable University Day, organisateurs et observateurs dressent un bilan positif. Bernhard Pulver, directeur de l’instruction publique du canton de Berne (membre des Verts), a fait partie, en tant que président de la Conférence universitaire suisse, des initiateurs du SDU. Il se dit impressionné par les résultats obtenus: «Le SDU a eu un considérable effet de levier et un impact bien plus grand que prévu.» Silvia Studinger, vice-directrice et cheffe de la division Hautes écoles au Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI), est tout aussi positive.

Le Sustainable University Day à Bâle marque également le début d’un nouveau programme se concentrant principalement sur les projets étudiants. Les écoles polytechniques fédérales, les hautes écoles pédagogiques et les hautes écoles spécialisées sont cette fois aussi concernées. – (Académies suisses des sciences)


 

 
 



agefi_2017-04-07_ven_02
 


...