Marque estampillée 0% swiss made

mercredi, 15.03.2017

Guillaume Laidet. Formé à l’horlogerie suisse qu’il admire. Il a lancé sa marque horlogère en 2015. De fabrication exclusivement chinoise avec mouvement japonais. Crowdfunding et succès rapide.

Lancée en octobre 2015 sur Kickstarter, la plateforme de levée de fonds, la marque William L. 1985 de Guillaume Laidet, avait récolté 200.000 euros en quatre semaines avec 2000 montres pré-vendues. Un an et demi plus tard, la marque est distribuée dans 25 Etats, 360 points de vente dont 30 en Suisse (Globus, Christ, Oro Vivo...) et 100 au Japon. Elle a le soutient d’un investisseur privé français, qui a mis un million d’euros à disposition de Guillaume Laidet soutenant ainsi l’achat de stock et la communication. «Cela fait plus de trente ans que les Chinois font des montres. Toute ma production vient de Shenzhen et je n’enregistre que très peu de taux de retour», expliquait-il fièrement lors de la récente journée médias de MyPlayGround à Lausanne. «Les montres vendues sur le marché à des niveaux de prix inférieurs à 1200 francs sont quasiment toutes réalisées en Chine. Sur ce segment, le consommateur n’est plus dupe. J’admire l’horlogerie suisse, mais les marges sont trop élevées dans le segment du luxe et les envolées des prix sont délirantes», ajoute-t-il en brisant le tabou de la transparence. L’objectif pour fin 2017 s’élève à dix millions d’euros pour 200.000 montres, avec 80% de ventes offline (distributeurs) et 20% online. page 8


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-03-15_mer_01


...