Nouvelle annonce encourageante pour la place industrielle suisse

vendredi, 10.03.2017

Acier. Le groupe Schmolz+Bickenbach va investir près de 50 millions de francs dans un nouveau projet d’envergure.

Christian Affolter

Les aciéristes subissent globalement, et depuis longtemps des surcapacités chroniques et la concurrence chinoise. Avec des pressions considérables sur les prix. Les sites de production à coûts élevés comme en Suisse ne semblent guère avoir de chances de survivre dans ces conditions. L’annonce hier du groupe  lucernois Schmolz+Bickenbach renvoie à une réalité souvent plus  complexe et nuancée.

Il existe des niches même dans l’acier, requérant un savoir-faire important pouvant aller au-delà des attentes clients. Le remplacement progressif de l’acier par l’aluminium dans la construction automobile en particulier, ne signifie pas que la branche n’a plus besoin d’acier du tout.

Certaines innovations ont aussi le potentiel de rendre cette évolution réversible. Quels que soient les méthodes et les matériaux prévalant au cours des prochaines années, ils accentueront certainement le passage d’une production de masse vers des profils beaucoup plus spécifiques. Du sur mesure souvent conçu en collaboration directe avec les clients. L’investissement de 49 millions de francs à Emmenbrücke s’inscrit dans cette tendance, visant une augmentation de la capacité de production pour répondre à la demande de l’industrie automobile. Probablement même plus que par le passé, l’innovation, avec des installations d’avant-garde, augmentant le degré d’automation et  la flexibilité. Tant au niveau des délais que du côté de la gamme de produits.

 Cette démarche permet aux produits à base d’acier d’avoir des propriétés définies avec une précision inconnue jusqu’ici et une largeur d’applications insoupçonnés il y a quelques années, production additive comprise

La demande toujours solide générée par l’activité de construction en Suisse (même l’acier à béton est en train d’évoluer vers des variantes inox) représente un autre soutien important pour les deux grands sites subsistants, Emmenbrücke et Gerlafingen (contrôlé par l’entreprise familiale italienne Beltrame). Leurs taux d’utilisation des capacités comptent parmi les plus élevés d’ Europe. page 6


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-03-10_ven_01


...