Décalages accentués entre offre et demande sur le marché locatif

mercredi, 08.03.2017

Immobilier. Les nouveaux objets se construisent souvent dans des régions où les vacances sont en nette hausse.

Christian Affolter

Les évolutions démographiques et comportementales changent  fondamentalement la demande sur le marché locatif en Suisse. L’offre de logements ne les prend guère en compte. L’activité de construction reste focalisée sur les appartements d’une certaine taille en dehors des grands centres.

Les taux de vacances en hausse dans certaines régions suggèrent cependant un affaiblissement plus général de la demande. Les permis de construire pour cette année attestent de surcroît une nouvelle hausse substantielle de l’offre.

Les immeubles locatifs sont attrayants pour des investisseurs institutionnels à la recherche de placements pouvant générer des rendements réguliers. Même si la hausse des prix les ont rendus plus modestes, les loyers n’ayant pas suivi comme précédemment. Selon les auteurs de l’étude annuelle de Credit Suisse sur le marché immobilier, la combinaison entre une large expansion de l’offre et un taux de vacances déjà important devrait au moins inciter les investisseurs à la prudence s’ils souhaitent encore réaliser des projets dans les régions ayant ce profil-là. Touchant en Suisse francophone surtout les cantons de Fribourg et du Valais. Sans se prononcer quant aux éventuelles conséquences négatives du côté des prix et/ou des loyers.

La demande se situe quant à elle plutôt du côté des logements de taille plus petite. Non seulement en raison des jeunes qui souhaitent plus souvent garder leur indépendance de manière délibérée, ne voulant par exemple pas vivre en ménage commun malgré le fait d’être en couple. Si les personnes d’un certain âge n’exercent pas plus de pression sur ce segment-là, c’est simplement parce qu’un appartement de taille mieux adaptée à leur situation risque de leur coûter davantage. La différence entre leur loyer actuel et celui prévalant sur le marché peut souvent s’avérer considérable. Les ménages ne comptant qu’une personne sont devenus le groupe le plus important au cours des années 1990 déjà. Ils avaient alors dépassé les ménages à deux. Suite page 3


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-03-08_mer_01
 


...