La Poste n’a encore rien promis

lundi, 13.02.2017

A propos du communiqué de presse de Syndicom publié vendredi dans notre page Forum sous le titre «La Poste ne tient pas ses promesses».

Léa Wertheimer*

La Poste est en contact régulier avec les autorités pour évoquer la transformation du réseau postal. Ce dialogue direct avec les cantons, les communes et la population a été renforcé depuis l’automne dernier afin d’accroître la transparence et la sécurité de planification. Lors d’une première table ronde avec chacun des cantons, les besoins régionaux en matière de service postal ont fait l’objet de discussions. Il s’agit notamment de facteurs comme la situation géographique dans les régions rurales, la cohérence avec les plans directeurs cantonaux ou encore le développement économique ou démographique d’une région.

La Poste va maintenant analyser les retours d’information des cantons. Lors d’une deuxième rencontre avec les représentants des cantons qui se déroulera dans les prochaines semaines, les besoins régionaux doivent être approfondis et consolidés. Dans le courant du deuxième trimestre 2017, la Poste tirera un premier bilan intermédiaire et informera sur les prochaines étapes. Jusqu’à l’issue des entretiens avec les cantons, aucune déclaration sur la situation générale dans un canton ne pourra être effectuée. Les cartes et les listes publiées par le syndicat Syndicom ces dernières semaines ne sont donc que pure spéculation qui nourrissent un sentiment d’incertitude et de peur. Ce n’est ni pertinent ni constructif.

La Poste a désormais besoin de temps pour réaliser la transformation annoncée en toute transparence l’an dernier. Il est vrai que celle-ci entraînera une diminution du nombre d’offices de poste de 1400 à 800 ou 900 mais elle prévoit aussi une augmentation du nombre de points d’accès de 3700 à 4000. La Poste doit s’adapter là où son offre ne correspond plus aux attentes de la clientèle et un moratoire serait une erreur.

La Poste dément par ailleurs les chiffres avancés par Syndicom sur les collaborateurs qui perdraient leur emploi à Fribourg et Genève.

Si un premier entretien a bien eu lieu avec 6 personnes à Fribourg, la Poste n’a mené qu’un seul entretien à Genève (et pas 20 comme l’indique Syndicom), mais aucune décision n’est prise à ce jour.

De manière générale, l’objectif déclaré de la Poste est de continuer à éviter des licenciements, également dans le cadre de la transformation du réseau d’ici à 2020. Comme à son habitude, la Poste assumera dans tous les cas sa responsabilité sociale et cherchera des solutions pertinentes avec les collaborateurs concernés.

Le plan social de la Poste, négocié avec les syndicats, fait partie intégrante de la CCT Poste et entre en application dès que des collaborateurs sont concernés par un changement d’ordre organisationnel. Il a pour but de trouver une perspective de préservation de l’emploi pour ces collaborateurs dans la mesure du possible.

Outres les mesures décrites dans le plan social, d’autres mesures sont prévues comme la mise en place d’une bourse de l’emploi (offres d’emploi au sein de la Poste), des formations et perfectionnements ciblés et le replacement pour des solutions externes à la Poste.

* Resp. Media Relations La Poste


 

 
 



agefi_2017-02-13_lun_02
 


...