Baisse en décalage avec les perceptions

vendredi, 06.01.2017

Consommation. Le recul moyen des prix de 0,4% sur un an n’est pas synonyme de pouvoir d’achat amélioré.

Le renchérissement moyen calculé selon l’Indice des prix à la consommation (IPC) de l’Office fédéral de la statistique est resté dans le négatif en 2016 (-0,4%) malgré l’absence de choc semblable à celui de l’abandon du cours plancher franc-euro au début de l’année précédente. Ce résultat est essentiellement dû aux biens importés, dont les prix ont baissé de 1,4%, contre un recul de 0,1% seulement du côté suisse.  

Il s’agit de prix relevés essentiellement aux points de vente, respectivement auprès des prestataires de services. N’y figurent que des biens relevant de la consommation privée. Les loyers en font partie (+1,2% sur les 12 mois depuis décembre 2015). En revanche, les primes pour l’assurance-maladie obligatoire font l’objet d’un indice séparé, la charge fiscale n’étant pas retracée non plus.

La santé n’est présente dans l’IPC qu’au niveau des prix facturés pour des prestations type. Ceux-ci ont d’ailleurs été en recul de 0,6%. Cette focalisation sur la consommation, sans tenir compte de l’évolution des charges fixes, a pour conséquence que l’IPC n’est pas un indicateur incontestable pour l’évolution du pouvoir d’achat.


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-01-06_ven_01
 


...