Efforts conjoints des chercheurs pour vaincre la forte complexité

mercredi, 30.11.2016

Alzheimer. Il faut enfin un succès dans les études cliniques en cours pour que ce combat nécessaire gagne en vigueur.

Christian Affolter

Les caractéristiques d’Alzheimer ne favorisent pas du tout le développement de médicaments permettant de ralentir sa progression ou même de l’inverser. Les résultats dans le cadre d’études cliniques sont difficiles et coûteux à mesurer. Il faut de surcroît mener celles-ci sur un laps de temps souvent plus long que pour d’autres problèmes de santé, les différentes formes de cancer y compris. Finalement, l’industrie pharmaceutique reste sur une série d’échecs pour des traitements qui ont pourtant suscité beaucoup d’espoirs.

Le fait qu’il y ait encore des études en cours auprès d’un nombre important de grands groupes pharma peut laisser penser à une certaine compétition entre eux, qui ne connaîtra qu’un vainqueur. Soit celui qui arrivera le premier à commercialiser un médicament traitant Alzheimer. D’autant plus qu’il s’agit d’un marché au potentiel énorme, au vu du nombre de personnes touchées et des coûts engendrés déjà aujourd’hui, qui devraient croître fortement avec le vieillissement de la population observable non seulement dans les pays développés, mais aussi dans certains pays de croissance. Une visite au centre de recherche d’Eli Lilly à l’ouest de Londres a permis de constater que cela ne correspond pas du tout à la manière dont les chercheurs perçoivent le processus. Ce qu’ils souhaitent par-dessus tout, c’est que l’une des études cliniques en cours aboutisse enfin à un succès. Peu importe qu’elle fasse partie des leurs ou de celles d’un concurrent. Ils redoutent surtout que les investisseurs commencent à perdre patience. Conscients de la complexité d’Alzheimer ou non, qui exige de toute évidence que les chercheurs académiques et travaillant au sein de la pharma réunissent leurs efforts pour arriver à des avancées notables. Car même au niveau du déroulement d’Alzheimer, notamment du lien entre les facteurs favorisant son apparition et la déclaration des premiers symptômes, bien des aspects demeurent encore mystérieux. Les développements de médicaments doivent donc aller de pair avec le progrès de la connaissance sur Alzheimer lui-même. page 7


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2016-11-30_mer_01
 

...