Saint-Gobain choqué mais toujours serein

vendredi, 25.11.2016

Sika. Le silence complet du groupe français quelques semaines après le verdict de Zoug n’a rien de surprenant.

On aurait pu s’attendre à des prises de position plus marquée de la part de Saint-Gobain après le verdict du Tribunal cantonal de Zoug, qui a statué il y a déjà quelques semaines en défaveur de la prise de contrôle de Sika par le groupe français. Cela n’a pas été le cas, la direction de Saint-Gobain s’est contentée de réitérer sa détermination à s’en tenir au contrat conclu avec la famille Burkard sur la reprise de son bloc d’actions et le contrôle de Sika qui lui est assorti.

Il n’y a en réalité pas grand chose de neuf depuis le verdict, et c’est bien ce qu’il pouvait arriver de pire. Il y a bien eu une tentative de relance dans les médias, avec la publication des contrats sur le site de Sonntagszeitung, mais tout est rapidement retombé dans un silence assourdissant. Et chaque jour éloigne d’avantage la perspective d’une issue en dehors du champ juridique. Tout le monde se dit prêt au dialogue, mais cela ressemble plus à de la provocation. Le management de Sika a invité la famille Burkard à chercher une alternative en bilatérale. Saint-Gobain reste ouvert au dialogue, mais seulement sur des principes de gouvernance. Mais personne n’est prêt à faire le pas d’une indispensable négociation à trois.


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2016-11-25_ven_01
 

...