Un conflit d’intérêt aux racines lointaines

lundi, 17.10.2016

L’opposition de la presse écrite remonte aux années 30

Jean-Daniel Delley*

La SSR doit faire face à une large contestation. Trop puissante, elle étoufferait toute concurrence et mettrait en péril la diversité dans le champ médiatique; trop onéreuse, elle impose aux ménages une charge que ne justifierait pas son taux d’audience.

A l’assaut de la citadelle SSR, on trouve les grands groupes de presse, inquiets de la baisse de leurs ressources publicitaires et les diffuseurs radio/TV privés, à l’affût de parts de marché. Quant à l’UDC, elle combine habilement la défense des intérêts des précédents et sa méfiance à l’égard d’un service public qui la maltraiterait. En jeu, la concession dont bénéficie la SSR qui échoit à fin 2017.

Le conflit entre éditeurs de presse écrite et SSR ne date pas d’aujourd’hui. En 1931, les premiers manifestent leur opposition à la création de la régie de service public, perçue comme concurrente dangereuse. Ils imposent à la SSR l’obligation de reprendre les dépêches ATS jusqu’en 1971 (ils en sont propriétaires). Lorsque apparaît la TV, les éditeurs obtiennent de la SSR qu’elle renonce à la publicité contre un versement annuel de 2 millions. Suite page 2    

* www.domainepublic.ch


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2016-10-17_lun_01
 


...