La formation online suisse vise l’Europe à travers la biométrie

jeudi, 13.10.2016

Unidistance. Lancement d’un Certificate of Advanced Studies dès avril 2017. Un pari pour l’établissement valaisan.

Johan Friedli

«Des enseignements techniques poussés existent déjà. Nous voulons répondre à une demande pour une formation généralisante sur les enjeux et la protection», précise Damien Carron.

L’université en ligne Unidistance, basée en Valais, donnera sa première formation continue avec ce programme sur la biométrie et la vie privée. En collaboration avec le centre de recherche sur les technologies de l’information Idiap. La création du Certificate of Advanced Studies (CAS) a été motivée une directive européenne qui entrera en vigueur en mai 2018. Toutes les administrations ou entreprises en contact avec des données biométriques devront travailler avec un data security officer. Idem en Suisse si des datas de citoyens européens sont détenues.

Ce qui a mené Unidistance a vouloir proposer un CAS pour préparer ces futurs intervenants dans un domaine aux multiples enjeux. «Il n’existe pas de formation équivalente en Suisse et en Europe», assure Damien Carron, directeur académique. La formation regroupera des professeurs de tout le continent et sera donnée en anglais. La nouvelle législation concernant avant tout les Européens (plus de 30.000 postes potentiels selon les premiers chiffres), Unidistance veut saisir cette occasion d’élargir ses frontières.    

Mais pas seulement géographiquement. La formation concerne toutes les professions qui ont un lien avec la biométrie (beaucoup plus qu’on ne pourrait le penser). Elle est aussi ouverte à tout citoyen intéressé par la thématique et ses rapports avec la vie privée. «Des enseignements techniques poussés existent déjà. Nous voulons répondre à une demande pour une formation généralisante sur les enjeux et la protection», précise Damien Carron.    

La formation aborde autant les aspects technologiques que légaux ou encore éthiques. Sans oublier les sciences criminelles et l’incontournable protection des données. «Nous voulons aider les différents acteurs à prendre des responsabilités. La biométrie est toujours plus visible pour le grand public. Il faut favoriser une prise de conscience des enjeux», estime Sébastien Marcel, responsable scientifique du CAS.

L’admission à la formation n’est pas limitée à un diplôme universitaire et peut se faire sur dossier. Notamment pour les personnes qui peuvent revendiquer trois ans d’expérience dans un domaine pertinent. Ce qui permettra à une majorité de personnes touchées par la directive européenne d’accéder aux cours.

Les organisateurs mettent en avant la flexibilité de leur formation. Elle peut être réalisée sur une période de 3 mois à une année. L’étudiant peut ainsi répartir sa charge de travail de 12 crédits ECTS en fonction de son activité professionnelle. Le coût du CAS est de 6000 francs au total. Damien Carron tient à relever que l’université en ligne n’est pas meilleur marché. En particulier en raison de l’encadrement plus important qui est nécessaire.n   

L’attrait pour la formation universitaire en ligne

Unidistance est un exemple local d’une tendance plus globale. La majorité des universités proposent désormais des formations à distance. Une solution potentielle pour les auditoires bondés ou les limites géographiques. «Mais il n’est pas possible de tout remplacer. En particulier les facultés qui nécessitent des laboratoires», rappelle Damien Carron, directeur académique d’Unidistance. «Sans oublier que l’expérience du campus pour les jeunes étudiants est unique.»

La formation à distance est la plus prisée par les 30-40 ans. La raison principale: la flexibilité offerte permet de continuer à travailler, même à un taux d’occupation élevé. Chez les étudiants plus jeunes, on retrouve entre autre des sportifs d’élites qui tiennent à assurer leurs futurs. Les plus âgés ne sont pas en reste, plus de 30% des participants d’Unidistance ont plus de 40 ans.

L’université online valaisanne a récemment dépassé le cap des 1500 étudiants avec une progression de 8% à 10% par année. L’établissement proposait jusqu’ici des bachelors et masters surtout destinés à la Suisse. La formation continue est donc un nouveau pari. Sans oublier que le public visé est d’abord européen. Le succès du Certificate of Advanced Studies sera un bon indicateur pour voir jusqu’où les frontières pourront être repoussées. L’université online réflechit déjà à une formation plus poussée ou des modules spécifiques pour aller plus loin en cas de succès. – (JF)


 

 
 



agefi_2016-10-13_jeu_05
 


...