La loi ne doit pas tourner à la farce

jeudi, 13.10.2016

Tabac. Le projet de loi est un pas dans la bonne direction.

Demain, la commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national se réunit pour discuter la nouvelle loi sur les produits du tabac.

La Suisse veut-elle une loi sur les produits du tabac qui protège mieux les jeunes de la consommation du tabac? C’est cette question que doit se poser la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national. Elle décide demain si elle recommande, ou non, au Conseil national de suivre la décision du Conseil des Etats sur la loi fédérale sur les produits du tabac. Ce dernier s’est certes prononcé en faveur d’une protection accrue de la jeunesse, il a cependant renvoyé le projet au Conseil fédéral en juin dernier et demandé de retirer les restrictions concernant la publicité pour le tabac et le sponsoring. Il s’agit là d’une contradiction flagrante.

Contrairement à ce que prétend l’industrie du tabac, la publicité pour le tabac est omniprésente auprès des enfants et des jeunes: petites annonces dans les journaux gratuits, qui sont aussi lus par les jeunes, publicité dans les cinémas, affiches séduisantes et sponsoring d’événements tels que les festivals open air ne sont que quelques exemples qui montrent comment le tabagisme est présenté comme agréable aux enfants et aux jeunes.

Le projet de la nouvelle loi sur les produits du tabac est un pas dans la bonne direction, même si ce n’est pas suffisant. Avec la nouvelle loi sur les produits du tabac, c’est seulement le sponsoring d’événements internationaux qui serait interdit, le sponsoring d’événements nationaux, comme les festivals open air, resterait autorisé. Afin de protéger vraiment les enfants et les jeunes en les aidant à ne pas commencer à fumer, il faut une interdiction générale de la publicité, de la

promotion et du sponsoring. Le Conseil des Etats a renvoyé le projet parce qu’il a donné plus de poids à l’économie qu’à la prévention. A sa suite, vient maintenant le Conseil national et si le projet du Conseil fédéral est encore affaibli, la nouvelle loi sera réduite à une farce.

En 2004, la Suisse a signé la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac dont la ratification est un des buts du Conseil fédéral. Sans la mise en oeuvre du projet de loi, la Suisse ne remplit pas les critères minimaux de la Convention-cadre de l’OMS. L’Alliance pour une loi efficace sur les produits du tabac demande à la Commission de prendre ses responsabilités et de recommander au Conseil national de ne pas suivre la décision du Conseil des Etats.

Association suisse pour la prévention du tabagisme, Ligue pulmonaire suisse, Addiction suisse et Ligue Suisse contre le cancer


 

 
 

 
 
agefi_2016-10-13_jeu_02


...