En faveur d’une immigration supportable

jeudi, 13.10.2016

Les entreprises dépendent des meilleurs spécialistes du monde si elles entendent défendre leur position.

Peter Dietrich

Depuis toujours, la Suisse a fortement profité de l’immigration de personnes à l’esprit d’entrepreneur et de spécialistes qualifiés. Pour son avenir, la Suisse a besoin d’une telle migration.

Par le passé, le travail des étrangers a considérablement contribué à la croissance, à la prospérité et au succès économique de la Suisse et reporté les déficits menaçants pour l’AVS.

L’apport de savoir-faire est la contribution essentielle de l’immigration. De plus, elle diminue aussi les effets secondaires de l’évolution démographique. Dans les cinq prochaines années, il va falloir remplacer quelque 100’000 travailleurs partis à la retraite dans onze champs professionnels avec seulement 25’000 personnes de la relève.

Les entreprises dépendent des meilleurs spécialistes du monde entier si elles entendent défendre leur position de pointe au niveau mondial. Elles devront pouvoir à l’avenir encore recruter de la main d’œuvre qualifiée à l’étranger si cette dernière n’est pas disponible en Suisse.

Par conséquent, Swissmem s’engage en faveur d’une migration supportable au niveau économique et social tenant compte des particularités de la Suisse. Les paquets de mesures suivants sont prévus pour cela:

Le potentiel indigène peut et doit encore mieux être exploité. Ceci est notamment le cas pour les travailleurs d’un certain âge, les jeunes, les femmes et les personnes moins bien qualifiées. Pour cela, Swissmem a développé une stratégie de la main d’œuvre qualifiée pour l’industrie MEM et l’applique de manière conséquente en collaboration avec les entreprises membres.

Il faut mieux utiliser la marge offerte par l’accord sur la libre-circulation des personnes et par la loi sur les étrangers. Ceci est particulièrement important pour régler l’accès à notre système des assurances sociales. Les cantons doivent être soutenus concernant une pratique uniforme et conséquente. Nous pensons que des mesures d’accompagnement supplémentaires ne sont pas nécessaires.

Au sens de la combinaison citée, il faut dès maintenant donner en plus la priorité aux travailleurs indigènes lors du recrutement dans certains groupes professionnels et en fonction de la région. Swissmem approuve donc l’obligation de contrôler les personnes envoyées par les offices régionaux de placement. Possible aussi qu’il faille justifier des refus. Par contre, nous pensons qu’une obligation d’effectuer des entretiens d’embauche n’est pas indispensable.

La concentration sur les trois paquets de mesures mentionnés constitue la meilleure voie pour régler le flux migratoire sans mettre en péril les Bilatérales et établir une bureaucratie exagérée. Au cas où ces mesures ne suffiraient pas, pour Swissmem un durcissement supplémentaire n’est pas impossible: il faudrait pour cela autoriser le Conseil fédéral à pouvoir temporairement - et en cas de doute unilatéralement - prendre des mesures correctives pour diminuer l’immigration.

Directeur Swissmen


 

 
 



agefi_2016-10-13_jeu_02
 


...