RYBOLOVLEV-BOUVIER. L’affaire prend une tournure de plus en plus rocambolesque Avec classement assez probable " name="description"/>

HSBC enfin entendu à Monaco

mercredi, 15.06.2016

RYBOLOVLEV-BOUVIER. L’affaire prend une tournure de plus en plus rocambolesque Avec classement assez probable

Ian Hamel

Surprise considérable au Palais de justice de Monaco, avec classement probable d’une affaire suivie depuis plusieurs mois par L’Agefi. Le 2 juin, la Chambre du conseil de la Cour d’appel a ordonné l’audition de sept employés de la filiale locale du groupe bancaire HSBC. La chambre cite aussi l’ancien CEO de la banque, et s’interroge «sur ses fonctions et la nature des relations qu’il entretient avec la banque HSBC et avec Monsieur Rybolovlev».

C’est apparemment un sérieux camouflet pour le juge d’instruction qui a refusé le 20 avril d’instruire la plainte d’Yves Bouvier et de l’interprète Tania Rappo. De plus, la chambre renvoie la procédure au juge d’instruction «pour qu’il soit procédé à l’accomplissement de ces actes». La procédure porte sur des faits de «dénonciation calomnieuse, complicité de dénonciation calomnieuse, faux et usage de faux».

HSBC envoyait le 17 février 2015 un courrier à la direction de la Sûreté publique de Monaco précisant que le transitaire et marchand d’art genevois Yves Bouvier possédaient en commun les comptes 65840, 66006, 66180 avec Tania Rappo. Peu après, la banque est contrainte de reconnaître que les informations fournies à la police monégasque sont erronées. Mais le mal est fait.

Suite à une plainte du milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, domicilié à Monaco, en février 2015, Yves Bouvier est inculpé pour «escroquerie» et «complicité de blanchiment» et Tania Rappo pour blanchiment. Ils sont accusés par l’oligarque d’avoir surfacturé la vente d’œuvres d’art, des Modigliani, des Van Gogh, des Picasso, pendant plus d’une décennie. Un préjudice estimé, selon le Russe, à près d’un milliard d’euros. suite page 6






 
 

AGEFI



...