La surrégulation pèse sur la croissance

vendredi, 03.06.2016

Monaco. Un forum international se penche sur un phénomène encore mal exploré et documenté.

La surréglementation du secteur financier est non seulement une réponse inadéquate aux crises, mais explique en large mesure la faiblesse persistante de la croissance de l’économie. Ni la politique monétaire des taux d’intérêt zéro ni le surendettement public dans les pays qui s’y sont adonnés n’ont pu enrayer la tendance. Cette constellation faisait partie des principales préoccupations du quatorzième forum international de la Convention of Independent Financial Advisors (CIFA), qui s’est tenu cette semaine à Monaco et a réuni un nombre important d’acteurs de la finance, des organisations internationales et du monde académique.

Si le diagnostic n’est pas encourageant, tant la qualité des politiques publiques laisse à désirer (la Suisse fait ici figure d’exception relative par sa discipline financière et la tenue de son marché de l’emploi), les perspectives liées aux innovations technologiques (fintechs), et les possibilités de réformes institutionnelles peuvent conduire à une détente de la situation. L’une des solutions à ces problèmes consiste aussi à recourir plus systématiquement à l’autorégulation, qui a l’avantage d’être fondée sur l’expertise des marchés concernés. page 21






 
 

AGEFI



...