Une start-up vaudoise veut uberiser les réservations des blocs opératoires

Mercredi, 18 juillet 2018 // Matteo Ianni

La start-up resot.care va lancer une plateforme de mise en relation entre les différents intervenants professionnels du domaine médical. L’objectif est de simplifier les réservations d’interventions chirurgicales ambulatoires, stationnaires et privées. Une innovation de taille dans le milieu hospitalier.

La question des délais d’attente pour les interventions chirurgicales non urgentes soulève des controverses et s’avère parfois déroutante.  Aujourd'hui, des personnes souffrantes sont obligées d'attendre plusieurs mois pour une opération. Comment en est-on arrivé à un tel engorgement? Les...

SGS est en ligne avec son plan stratégique 2020

Mercredi, 18 juillet 2018 // Elsa Floret

Pour ses acquisitions le leader mondial de l’inspection - dont les résultats semestriels sont en hausse - met le focus sur l’Asie du Nord-Est et l’Amérique du Nord.

Lors de la présentation de ses résultats semi-annuels devant les médias mercredi depuis son quartier général genevois, la SGS renouvelle ses perspectives 2018, ainsi que ses objectifs stratégiques de croissance 2020. Les résultats sont en hausse. En ce qui concerne l’accélération du programme d’acquisitions du leader...

Temenos poursuit sa croissance tous azimuts au 2e trimestre

Mercredi, 18 juillet 2018

Le chiffre d'affaires de Temenos s'est élevé à 204 millions de dollars, en hausse de 17% sur un an.

Temenos a annoncé mercredi des résultats extrêmement solides au 2e trimestre. Aussi bien le chiffre d'affaires que le résultat opérationnel (Ebit) et les recettes tirées des licences sont en nette hausse et bien supérieurs aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires du développeur genevois de logiciels bancaires s'est...

La finance durable désapprouve l’initiative contre la spéculation

mercredi, 23.09.2015

Les initiants ne parviennent pas actuellement à convaincre celles et ceux qui devraient les soutenir en première ligne.

Marjorie Théry

L’intention peut être considérée comme louable, mais la méthode ne convainc pas. Elle peut même sembler complètement à côté du sujet. C’est l’avis de plusieurs représentants de ce qu’il est convenu d’appeler la finance durable à Genève, à propos de l’initiative populaire de la Jeunesse socialiste «Pas de spéculation sur les denrées alimentaires». Comme le Conseil des Etats, le National a recommandé la semaine dernière de voter non à cette initiative qui sera soumise au vote populaire l’an prochain probablement.

Plusieurs opérateurs suisses étaient réunis en début de semaine à Milan organisé par Sustainable Finance Geneva, sur invitation de la Ville de Genève à l’Exposition universelle. Thème  général:  l’alimentation.

Pour Aymeric Jung, de Slow Money, «éviter la spéculation financière sur les denrées pourrait être souhaitable, mais l’interdire à l’échelle des entreprises suisses est malheureusement inutile.  Elles se déplaceront.»

Pour Tenke Zoltani, créatrice de la société de conseil Better Finance à Genève, et qui a travaillé dans le négoce de matières premières, la question même de l’influence du trading sur la fixation des prix est erronée. Ils sont bien plus influencés par de mauvaises conditions de production, de stockage, de réseaux ou de météo.

Marie Owens Thomsen, chef économiste de Crédit Agricole Private Banking Suisse, a estimé qu’il fallait mieux favoriser l’innovation.

Depuis cinquante  ans, la production agricole augmente de 2,5% par an en moyenne,  et les prix baissent d’environ 1%. «La manière la plus efficace d’assurer une évolution des prix favorable est de promouvoir la recherche et le développement, qui permettront de délivrer des gains de productivité similaires dans le futur». suite page 10






 
 

AGEFI


 

 



...