Les modèles scandinaves au-delà des mythes et clichés éternels

lundi, 29.06.2015

L’approche historique montre que l’âge d’or de la social-démocratie a bénéficié d’acquis obtenus sur un mode très libéral.

Pierre Bessard

Les clichés et croyances persistantes sur  le modèle économique et social  scandinave à succès ne cessent d’intriguer. Le impôts élevés et les revenus garantis par l’Etat stimulent-ils la croissance économique, ou est-ce plutôt une sorte de sens de la communauté et de la responsabilité sociale?

La réalité est apparemment fort éloignée des perceptions très répandues dans les milieux de la gauche européenne, suisse en particulier.

L’économiste Nima Sanandaji vient de publier une étude approfondie sur le non-exceptionnalisme scandinave. L’approche historique est très parlante ,et les adeptes de la centralité de la fonction publique sont en fait décalés dans le temps: s’il est vrai que les pays du Nord de l’Europe connaissent des conditions de développement favorables, ce succès à clairement précédé le gonflement rapide de l’Etat-providence il y a un demi-siècle.

Entre 1870 et 1936, la Suède affichait déjà le taux de croissance le plus élevé du monde industrialisé. Elle se distinguait par une homogénéité culturelle et un ordre social qui reposaient non pas sur la dépense publique, mais précisément sur des valeurs éthiques de travail et de responsabilité individuelle. Pendant les deux décennies fastes de la social-démocratie, du milieu des années 1970 au milieu des années 1990, le pays a en revanche glissé de dix rangs dans le classement mondial du revenu par résident.

La performance récente des Etats scandinaves devrait plutôt être attribuée à la tentative de retourner à leur modèle libéral «ancestral», grâce à de nombreuses libéralisations, des baisses d’impôts et une nouvelle discipline financière. Le déclin relatif des niveaux de vie a pu être renversé suite à ces réformes. «Les règles économiques s’appliquent comme ailleurs: les incitations, la liberté économique, la culture et la bonne gouvernance sont les ingrédients du succès économique nordique.» Les Etats scandinaves vont-ils poursuivre sur la voie libérale qui leur a si bien réussi dans le passé? L’un des points faibles actuels est la capacité réduite à assimiler les immigrants. Suite page 20






 
 

AGEFI



...