La normalisation du roaming

mercredi, 25.03.2015

La guerre d’usure contre les opérateurs et les tarifs élevés d’itinérance semble donner des résultats.

Tiago Pires

Naviguer à l’étranger sur son mobile est un luxe pour les détenteurs suisses d’un abonnement téléphonique en raison des tarifs exorbitants. Le résident continue de payer deux à quatre fois plus cher l’utilisation de son téléphone à l’étranger, selon un rapport de l’Office fédéral de la communication (OFCOM) publié en janvier. Cette tarification connaît toutefois des revers aboutissant à une normalisation des prix. En l’espace de quelques semaines, Swisscom et Orange ont annoncé leur volonté de réduire les tarifs de roaming. Swisscom a présenté en février ses nouvelles formules d’abonnement Infinity incluant des appels et SMS illimités pour une certaine durée selon le type de contrat. L’offre du numéro un suisse des télécommunications comprend aussi un volume d’un gigaoctet pour le transfert de données. De son côté, Orange propose un supplément de 5 francs par mois. Les abonnés et les détenteurs d’une carte prepaid accèdent ainsi à une nouvelle grille tarifaire pour naviguer à l’étranger. Les appels sont ainsi facturés 20 centimes par minute contre 40 centimes actuellement. Les SMS seront facturés 15 centimes et 10 Mo de données seront mis à disposition. Auparavant, Orange permettait de passer des appels et d’envoyer des messages de manière illimitée depuis l’étranger en payant 85 francs par mois. Sunrise semble également suivre le même processus.

La tarification revue à la baisse est la combinaison de plusieurs facteurs. La prise de conscience et les dénonciations des consommateurs suisses constituent l’élément clé de cette diminution tarifaire. L’évolution des infrastructures et la démocratisation du Wi-Fi permettent la navigation sur internet sans utiliser les données à l’étranger. Les interpellations successives des parlementaires et la pression constante maintenue en particulier par la Fédération romande des consommateurs (FRC) ont assuré un suivi du dossier et une pression permanente sur les décisions des opérateurs nationaux.

Ces facteurs extérieurs arrivent également dans une période où le marché des télécommunications subit une phase de changements importants avec la cotation de Sunrise et la venue très attendue de Xavier Niel et de son modèle Free en Suisse.

Les opérateurs nationaux doivent également faire des concessions sur les abonnements mobiles en raison de la concurrence locale. En effet, des acteurs domestiques ont saisi l’opportunité de se profiler exclusivement dans ce marché de niche.

Depuis 2011, la société Shaston basée à Tramelan a lancé la carte XXSIM. Sur la base d’un système de call-back, ce service permet de recevoir des appels sans frais dans 150 pays en composant le préfixe international de l’Estonie 00372. Si l’utilisateur émet un appel, les frais sont environ 85% moins élevés que les autres opérateurs. Un abonné en déplacement à Dubaï sera facturé d’environ 50 centimes d’euro la minute en émettant un appel vers le fixe ou le mobile.

Entre deux cartes XXSIM, le coût à la minute est de 19 centimes d’euros, comme l’exemplifie Cindy Bühler, porte-parole de Shaston. L’utilisateur peut également associer un numéro de téléphone fixe suisse à sa carte SIM avec l’indicatif 055. «XXSIM n’est pas en concurrence avec les nombreuses cartes SIM disponibles sur le marché, affirme Cindy Bühler. XXSIM est autant destinée aux besoins des clients B2B, que des nombreux clients privés, pour leur utilisation à l’étranger et non uniquement pour les appels vers l’étranger.»

Pour bénéficier de cette offre, l’intéressé doit créer un compte sur l’interface de la société Shaston en commandant le format de la carte SIM désirée. Le partenariat avec le groupe de paiement PayPal permet de bloquer le système en cas de fraude ou de compte illicite.






 
 

AGEFI




...