Ce climat ne peut plus durer

jeudi, 08.01.2015

François Schaller

Attention aux biais et surréactions médiatiques ou politiques: l’assassinat de journalistes et dessinateurs de presse dans les locaux de Charlie Hebdo à Paris renvoie évidemment à la liberté d’expression, mais la vie des policiers qui l’ont perdue dans le même attentat valait autant. S’il s’agit bien de djihadisme (on peut encore avoir des doutes à ce stade), celle des milliers de personnes liquidées dans le monde ces dernières années au nom de l’Islam – quel malentendu, quel abus - était porteuse d’un certain nombre d’autres libertés personnelles et collectives ne valant pas moins non plus.

Attention ensuite à l’effet de proximité: l’attentat nous semble particulièrement choquant parce qu’il a eu lieu tout près, à Paris. Parce que des noms bien connus d’un public, d’une génération, d’un espace linguistique, font partie des victimes: Wolinski, Cabu, Charb, Tignous… En réalité, nous savons tous que ce genre d’événement se produit régulièrement dans le monde, à des échelles comparables, pour des raisons à peu près semblables. Certains ricaneurs ne manqueront pas d’insinuer que Charlie Hebdo, sachant cela, l’a un peu cherché avec son goût de la provocation et de la vulgarité. Ce genre de considération paraît complètement dérisoire dans ces circonstances.

Ce nouvel attentat de Paris aura certainement un grand retentissement planétaire. Il va peut-être réduire la distance qui sépare une certaine indifférence du moment où le monde entier pourra se mettre d’accord sur ce constat: ça ne peut plus continuer comme cela. Les mesures prises et reprises pour prévenir le djihadisme s’avèrent impuissantes. C’est précisément ce que cherchent à montrer les djihadistes. La volonté de mener une guerre totale contre le djihad n’existe pas. C’est ce qui les motive.

Le djihadisme est habité et mû par un profond et vif sentiment de supériorité: peu importe les armées, armes et technologies, le reste de l’humanité n’a pas les moyens psychologiques et moraux de lui résister sérieusement et durablement. Il est donc légitimé à convaincre et rassembler toutes les forces vives et saines (musulmanes ou non) en vue de la victoire finale. Seule une guerre totale contre le djihadisme, au nom d’une laïcité minimale dans le monde, est susceptible de mettre fin à cette dynamique destructrice et morbide.  






 
 

AGEFI




...