Les nouvelles règles du jeu

vendredi, 11.07.2014

Accord UE-US. Les retombées sur la Suisse dépendront aussi de la capacité d’adaptation des entreprises.

Nicolette de joncaire

Il serait regrettable que l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis porte tort à la Suisse. Plus particulièrement dans un contexte où elle s’efforce, depuis des années, de diversifier ses sources de revenus et de réduire, avec un certain succès, une dépendance trop importante vis-à-vis d’un partenaire particulier. L’Union européenne représentait plus de 70% des exportations suisses il y a 20 ans et moins de 60% l’année dernière. Les principaux pays d’exportation sont aujourd’hui l’Allemagne (20%), suivie des Etats-Unis (11%) et de la Chine (8%). Outre un recul possible du PIB, l’accord serait de nature à bouleverser l’équilibre entre la Suisse et ses partenaires

Des études présentées par le Seco hier concluent qu’un traité approfondi qui abaisserait une partie des obstacles non tarifaires au commerce et permettrait l’harmonisation des normes est certainement préférable. Il compenserait, au moins partiellement, les désavantages liés aux droits de douane. Davantage encore si, comme le mentionne le rapport établi par Emanuela Balestrieri, l’approche adoptée est celle des chaines d’approvisionnement auquel cas les distinctions entre biens d’origine européenne et biens d’origine suisse seraient moins nettes. Tout dépend bien sur des secteurs et des produits concernés.

L’un des éléments-clef réside comme le soulignent les deux études dans la définition des règles d’origine et dans leur interprétation. En résumé, deux types de règle sont utilisés. La règle du pourcentage (les intrants étrangers ne devant pas dépasser 40%) et celle du changement de position dans la nomenclature, la seconde dénotant une transformation majeure du produit. La position des produits suisses dépendra des règles adoptées dans le traité, souvent d’une grande complexité si l’on en juge par d’autres accords, mais aussi de la manière dont la chaine de valeur traite chaque intrant. Les exportations suisses représentant des valeurs ajoutées importantes, surtout celles à destination des Etats-Unis, la modulation sera certainement délicate. Elle dépendra donc aussi de la capacité des entreprises suisses à adapter leur modèle d’affaires pour tirer parti au mieux des conditions de marché créées par l’accord.






 
 

AGEFI



...