Une start-up vaudoise veut uberiser les réservations des blocs opératoires

Mercredi, 18 juillet 2018 // Matteo Ianni

La start-up resot.care va lancer une plateforme de mise en relation entre les différents intervenants professionnels du domaine médical. L’objectif est de simplifier les réservations d’interventions chirurgicales ambulatoires, stationnaires et privées. Une innovation de taille dans le milieu hospitalier.

La question des délais d’attente pour les interventions chirurgicales non urgentes soulève des controverses et s’avère parfois déroutante.  Aujourd'hui, des personnes souffrantes sont obligées d'attendre plusieurs mois pour une opération. Comment en est-on arrivé à un tel engorgement? Les...

SGS est en ligne avec son plan stratégique 2020

Mercredi, 18 juillet 2018 // Elsa Floret

Pour ses acquisitions le leader mondial de l’inspection - dont les résultats semestriels sont en hausse - met le focus sur l’Asie du Nord-Est et l’Amérique du Nord.

Lors de la présentation de ses résultats semi-annuels devant les médias mercredi depuis son quartier général genevois, la SGS renouvelle ses perspectives 2018, ainsi que ses objectifs stratégiques de croissance 2020. Les résultats sont en hausse. En ce qui concerne l’accélération du programme d’acquisitions du leader...

Temenos poursuit sa croissance tous azimuts au 2e trimestre

Mercredi, 18 juillet 2018

Le chiffre d'affaires de Temenos s'est élevé à 204 millions de dollars, en hausse de 17% sur un an.

Temenos a annoncé mercredi des résultats extrêmement solides au 2e trimestre. Aussi bien le chiffre d'affaires que le résultat opérationnel (Ebit) et les recettes tirées des licences sont en nette hausse et bien supérieurs aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires du développeur genevois de logiciels bancaires s'est...

Les obligations à impact social

lundi, 20.08.2012

Guillaume Taylor. Le CEO de Quadia à Genève étaie le développement de l’offre dans le secteur de l’impact finance.

Les obligations à impact social (social impact bonds) visent à rémunérer les investisseurs en fonction de la qualité sociale. Celle-ci est apportée par des mesures d’organismes publics, parapublics ou à but non lucratif et financée par ces emprunts. Le rendement des obligations est fixé par l’Etat et varie selon la taille du projet et l’impact social atteint. Le coupon, variable, est donc émis avec une liste d’objectifs précis. Les résultats de la fondation dans un projet particulier feront monter le taux de rendement à mesure que le social impact bond porte ses fruits. Le potentiel de l’impact investing est important: une étude de Monitors, publiée en 2009, estime que ce marché peut atteindre jusqu’à 500 milliards de dollars sur une période de cinq à dix ans. Un rapport de Morgan Stanley, sorti en novembre, va même jusqu’à l’estimer à 1000 milliards de dollars. Goldman Sachs travaille actuellement sur un projet de partenariat public/privé pour l’émission d’obligations de ce type, afin d’appuyer un programme de réinsertion post-carcéral à New York. D’après Guillaume Taylor, CEO et créateur de Quadia Impact Finance à Genève, ce qui est intéressant pour l’investisseur c’est de voir à quel point les coûts chiffrés de l’impact social (soit les économies créées par ce partenariat public/privé) peuvent faire grimper le retour sur investissement. page 4






 
 

AGEFI


 

 



...