Les obligations à impact social

lundi, 20.08.2012

Guillaume Taylor. Le CEO de Quadia à Genève étaie le développement de l’offre dans le secteur de l’impact finance.

Les obligations à impact social (social impact bonds) visent à rémunérer les investisseurs en fonction de la qualité sociale. Celle-ci est apportée par des mesures d’organismes publics, parapublics ou à but non lucratif et financée par ces emprunts. Le rendement des obligations est fixé par l’Etat et varie selon la taille du projet et l’impact social atteint. Le coupon, variable, est donc émis avec une liste d’objectifs précis. Les résultats de la fondation dans un projet particulier feront monter le taux de rendement à mesure que le social impact bond porte ses fruits. Le potentiel de l’impact investing est important: une étude de Monitors, publiée en 2009, estime que ce marché peut atteindre jusqu’à 500 milliards de dollars sur une période de cinq à dix ans. Un rapport de Morgan Stanley, sorti en novembre, va même jusqu’à l’estimer à 1000 milliards de dollars. Goldman Sachs travaille actuellement sur un projet de partenariat public/privé pour l’émission d’obligations de ce type, afin d’appuyer un programme de réinsertion post-carcéral à New York. D’après Guillaume Taylor, CEO et créateur de Quadia Impact Finance à Genève, ce qui est intéressant pour l’investisseur c’est de voir à quel point les coûts chiffrés de l’impact social (soit les économies créées par ce partenariat public/privé) peuvent faire grimper le retour sur investissement. page 4


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2012-08-20_lun_01



...