Hardah: nouvelle interface graphique pour le web

lundi, 31.10.2016

La jeune entreprise suisse a lancé son site et vise 20.000 utilisateurs d’ici janvier 2017. Avec la volonté de séduire un public international.

Johan Friedli

Petite surprise pour hardah.com, 4% des utilisateurs de la version test habitaient en Thaïlande.

La start-up genevoise Hardah vient de lancer la version publique de son site: une nouvelle interface graphique pour internet. Le but est de proposer aux utilisateurs un tableau de bord efficace. «Le web a énormément évolué mais l’interface est le même depuis 20 ans», s’exclame David Delmi, co-fondateur de hardah.com. Le premier objectif: 20.000 utilisateurs d’ici janvier 2017. Dans la foulée de ce lancement, l’équipe va s’envoler pour le Web Summit à Lisbonne du 7 au 10 novembre. L’Agefi sera sur place pour suivre leur quête d’investisseurs, de partenariats et de visibilité.

David Delmi est parti de l’idée de transformer la barre des favoris en cercles thématiques, entourées d’icônes qui représentent les sites de notre choix. Au fur et à mesure de la version test, le projet a évolué vers une plateforme qui accueille aussi un agrégateur de fils d’actualité (médias, réseaux sociaux, etc. rassemblés au même endroit). La dimension sociale est apparue avec le développement d’un moteur de recherche des cercles thématiques. Chaque utilisateur a la possibilité de rendre public ses sélections et d’ajouter celles partagées par les autres.    

Une option permet de partager un cercle dynamique, qui se modifie chez ses «abonnés» quand son propriétaire la transforme. Une fonctionnalité qui permettrait, par exemple, aux universités ou aux médias de partager du contenu. Pour générer du revenu, Hardah veut utiliser la publicité mais aimerait le faire différemment. Un des cercles proposera des contenus «sponsorisés» par ses clients. Les utilisateurs pourront y naviguer s’ils sont intéressés. Une méthode peu invasive mais avec un taux de clics élevés, explique David Delmi.

Quand on lui demande si on est vraiment dans le révolutionnaire, David Delmi répond qu’il n’aurait pas pu faire breveter son projet s’il n’y avait pas d’innovation. «J’ai eu des retours dans le milieu du web qui ont estimé que j’avais trouvé un innovation gap», relève-t-il non sans fierté. L’ambition de Hardah est aussi de montrer qu’il est possible d’innover sur internet depuis la Suisse. Pas de départ à la Silicon Valley mais la volonté de faire du Swiss Made.

«Mais pour un produit grand public, il faut viser plus large. L’Europe d’abord puis l’Asie et les Etats-Unis en fonction de notre développement», estime le fondateur de Hardah. Autant pour atteindre une masse critique d’utilisateurs que pour trouver des investissements. Car ces derniers sont peu nombreux vis-à-vis de la concentration de start-up, regrette David Delmi.

Lors du Alpine High Tech Venture Forum, Hardah a reçu une note de 8,5/10 pour le potentiel d’investissement. Elle a aussi été sélectionnée parmi les 30 meilleures start-up européennes au Start Summit 2016. David Delmi et son équipe peuvent espérer que ces distinctions les aideront à se faire connaître dans le milieu.    

La version test (beta) du site a rassemblé près de 1000 personnes. «C’était notre objectif pour atteindre un échantillon statistique», précise David Delmi. L’équipe a reçu environ 1000 feedbacks au total. «Notre but était de construire Hardah en fonction de nos utilisateurs et il continuera à évoluer de cette manière» Au cours de la beta, plus de 90% des utilisateurs sont revenus de manière régulière. Bon indicateur pour mettre l’équipe en confiance.

L’équipe visait principalement la Suisse pour sa beta. Ce qui s’est confirmé dans les chiffres avec 76% d’utilisateurs suisses. Le reste en provenance d’Europe, principalement de France. Petite surprise pour Hardah, 4% des beta testeurs habitaient en Thaïlande. La raison: «Un blogueur thaïlandais a découvert notre site et a parlé de nous». Moins surprenant, la majorité des testeurs (60%) avaient entre 18 et 34 ans. Mais ils étaient 11% à avoir plus de 55 ans.

Les prochains mois seront cruciaux pour voir si Hardah pourra séduire un large public.





 

AGEFI



...