Qu’est-ce que le management radical?

lundi, 23.04.2018

Christophe Clavé\"

Christophe Clavé, président d'Egma.

L’agilité a apporté beaucoup de nouveauté et constitue sans doute une étape majeure dans l’histoire du management.

Les rôle et compétences des managers connaissent une profonde mutation qui va au-delà des évolutions qui se succèdent depuis un siècle.

On parle de «management radical». Qu’est-ce que ce terme signifie?

1. Les bases théoriques du management radical

Le management radical s’est construit étape par étape. S’il fallait citer une seule référence ce serait The Leader’s Guide to radical Management de Stephen Denning.

Sa finalité est de changer profondément la façon de gérer les entreprises, permettre l’innovation continue, et aller au-delà de la satisfaction du client.

S’affichant dans le courant de l’agilité, le management radical affirme que le but de toute entreprise n’est plus de produire des biens et services mais d’enchanter ses clients («delight customers»).

Provenant du développement de logiciels, le management radical a vocation à toucher presque toutes les entreprises. Seules celles dont la satisfaction des clients consiste à ne rien changer ne sont pas concernées.

2. Qu’est ce qui est vraiment nouveau?

Le management radical n’invente que peu de concepts, mais applique des principes apparus au cours des 30 dernières années, en les revisitant.

C’est cette application totale, pour ne pas dire paradoxalement totalitaire, et leur combinaison systémique qui crée une entreprise nouvelle, modifie son organisation et son management.

3. L’enchantement du client au cœur de tout ce qui se fait

L’entreprise du XXe siècle avait pour objet la production de biens et services. Les évolutions de la culture managériale ont priorisé la baisse des coûts, la réduction des délais, l’amélioration de la qualité, puis la création de valeur pour les actionnaires qui a connu son paroxysme dans les années 90 avec la financiarisation de l’économie.

Pour le management radical chaque entreprise est à la recherche de l’enchantement du client, au-delà de sa satisfaction. La satisfaction du client consiste à répondre à ses besoins. Son enchantement va au-delà, explore, anticipe ses besoins, seule façon d’assurer sa loyauté.

4. Les équipes autonomes au centre de l’organisation

Dans un environnement mouvant, lorsque des produits complexes sont à améliorer ou à inventer, rien n’est plus efficace que des équipes autonomes et coresponsables. Les équipes doivent être diverses, l’entreprise doit leur donner le pouvoir de s’organiser comme bon leur semble. La contrepartie est la responsabilité qu’elles assument: produire des biens et des services qui apporteront de la valeur au client. Dans leur travail les équipes ne perdent jamais le contact avec le client et travaillent en itérations fréquentes avec lui.

5. Produire de la valeur pour le client à chaque étape

Les cycles de production et de développement sont réduits. Les projets sont gérés afin de pouvoir produire une amélioration pour le client en quelques semaines. Seule compte la production régulière de valeur pour le client.

6. Le rôle du management

Le manager radical est l’évolution des managers et leaders d’hier. Oubliant le fonctionnement hiérarchique, il adopte une attitude transversale, il ne distribue ni les tâches ni les rôles, puisque l’équipe est maîtresse de son organisation. Il facilite les échanges, élimine ou réduit les obstacles, assure que l’équipe dispose des compétences dont elle a besoin, focalise sur les résultats collectifs de court-terme et leur alignement avec les objectifs de moyen-terme.

* Président EGMA 






 
 

AGEFI



 
...