La formation duale, cette richesse devenue modèle d’exportation

mardi, 14.11.2017

Nicolas Leuba*

Notre système de formation dual contribue grandement à la productivité et à la compétitivité de l’économie suisse.

En mai dernier, à l’initiative de la chambre de commerce Suisse - Kosovo, j’ai eu le plaisir de faire visiter à une délégation kosovare les centres de formation de l’Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA) d’Yverdon-les-Bains et de Berne.

Ayant largement fait ses preuves, notamment dans le secteur automobile, le système de formation professionnelle dual suisse fait en effet des émules à l’étranger. Il fait d’ailleurs partie des modèles que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) souhaite voir se développer dans le monde.

Dans ce contexte, la section vaudoise de l’UPSA s’est engagée dans un projet visant à accompagner les autorités kosovares dans la création de centres de formations analogues au Kosovo. Le jeune État pourrait alors devenir indépendant sur le plan de la formation professionnelle et des connaissances techniques.

C’est dans ce contexte que je me suis rendu en octobre dernier au Kosovo. A Priština, j’ai eu l’occasion d’échanger avec le ministre de la formation, de la science et de la technologie, ainsi qu’avec le ministre des infrastructures et le secrétaire d’Etat au travail et aux affaires sociales sur les structures à mettre en place pour développer une formation duale sur le modèle suisse.

Aux côtés des conseils et de l’accompagnement que l’UPSA Vaud s’engage à apporter aux autorités kosovares et aux professionnels de la branche, ces derniers doivent en effet mettre en place le cadre nécessaire au succès de ce type de formation, en créant pour commencer une association faîtière des garagistes.

Notre ministre de l’économie Johan Schneider-Ammann le rappelle régulièrement: notre système de formation dual contribue grandement à la productivité et à la compétitivité de l’économie suisse. 

Ce modèle pragmatique permet en effet de fournir la main-d’œuvre qualifiée ont les entreprises ont besoin, offrant en retour aux jeunes une formation de grande qualité. Il explique en partie le faible taux de chômage que connaît le pays.

Au Kosovo, où taux de chômage chez les jeunes dépasse les 60% chez les 15-24 ans, la mise en place d’un système similaire suscite donc de nombreux espoirs.

La Suisse forme de nombreux jeunes d’origine kosovare, notamment dans le secteur de l’automobile. 

Une partie d’entre eux retourne ensuite au pays avec leurs compétences professionnelles. 

Aujourd’hui, le projet de l’UPSA est de rendre possible qu’une telle formation puisse aussi être dispensée au Kosovo, permettant ainsi de développer les perspectives professionnelles pour les jeunes.

Avec ce projet concret, l’UPSA est fière d’apporter sa pierre à l’édifice et de participer ainsi aux nombreuses initiatives suisses visant à doper l’emploi dans le jeune état kosovar.

*Président UPSA Vaud & Vaud Routes



 

 
agefi_2017-11-14_mar_02

 

...