La numérisation, un sujet crucial pour toutes les entreprises

vendredi, 09.02.2018

Véronique Kämpfen*

En 2018, la Fédération des Entreprises Romandes Genève (FER Genève) fête ses 90 ans. Cette année anniversaire est l’occasion de se pencher sur un sujet crucial pour les entreprises: la digitalisation. Au travers de conférences sur l’intelligence artificielle, les tendances technologiques et les métiers du futur seront au centre des analyses et des débats. Les entreprises auront un rôle majeur à jouer dans ce contexte de profonds et rapides changements. Les innovations technologiques ne sont rien si elles ne sont pas transformées en biens et services utiles aux consommateurs et à d’autres entreprises. Que doivent faire les entrepreneurs pour être parties prenantes des avancées technologiques dans leurs secteurs d’activité et pour garder la main sur les innovations? S’informer, développer une vision novatrice, investir de manière ciblée constituent des axes de réponses. 

Dans un monde en mutation, où tout s’accélère, il est plus que jamais indispensable de rester créatif, de se projeter dans le futur et d’explorer les limites de l’innovation. En Europe, en Amérique, en Asie, des investissements massifs sont consentis pour le développement de la robotique et de l’intelligence artificielle, qui ne cessent de progresser. Ces développements posent de nombreuses questions. Des juristes réfléchissent ainsi au statut à accorder aux robots autonomes. Certains vont jusqu’à proposer la création d’une personnalité juridique distincte à leur intention. 

Disparitions d’emplois

Presque la moitié des emplois actuels aux Etats-Unis pourrait disparaître et être confiée à des machines d’ici à vingt ans, a prédit une étude de Harvard. Certains jugent que l’estimation est encore beaucoup trop prudente, d’autres études étant moins pessimistes. Les machines travaillent dans des domaines de plus en plus variés, mieux, plus rapidement que les hommes et pour moins cher.

La majorité des transactions boursières est d’ores et déjà effectuée par des robots. Mais, dans certains cas, les machines se révèlent moins performantes que les humains. C’est par exemple le cas dans l’aviation, où, en situation délicate, le pilote automatique est toujours stoppé: il ne dispose pas du sens critique et de la capacité d’analyse du contexte des vrais pilotes. Mais cela aussi pourrait être remis en cause.

Les nouvelles technologies permettent de caresser l’espoir d’augmenter sensiblement la vie humaine – Google aimerait la prolonger de vingt ans. Mais cela pose la question de l’équité à l’accès aux technologies: qui y aura accès, et à quel prix? En tout cas, des pistes prometteuses se dessinent déjà en laboratoire. Un chercheur de l’EPFL est ainsi parvenu à faire marcher à nouveau des rats paralysés. Le big data ouvre également de nouvelles perspectives aux entreprises. Les autorités rendent de plus en plus de données accessibles au public pour encourager des privés à les utiliser pour développer de nouveaux services. Les PME ne sont pas toujours conscientes de ces enjeux. Elles peuvent s’y préparer en se posant les bonnes questions.

*FER Genève






 
 

AGEFI




 
...