Soupçons d’utilisation des bombes à neutrons

mercredi, 27.05.2015

Yémen. Des vidéos reprises par la presse turque font craindre le pire. Le silence de la communauté internationale est remarquable.

Mohammad Farrokh

La forte luminosité suggère qu'il pourrait s'agir d'une bombe à neutrons.

Des vidéos postées sur youtube semblent montrer que des bombes nucléaires tactiques, de type bombes à neutrons, pourraient avoir été lancées sur le Yémen. L’attaque menée par un F 16 aux couleurs saoudiennes aurait eu lieu le 20 mai. Jeff Smith, un ancien inspecteur de l’AIEA, penche en faveur de la thèse de bombes à neutrons qu’il estime très probable, alors qu’il écarte l’éventualité d’une bombe de forte puissance. En tout état de cause, une vidéo de 1 minute reprise par le site Veterans Today, fait apparaître une explosion terrifiante générant une lumière très forte.

Une autre vidéo, de 3 minutes, montre cette même luminosité suivie de la formation d’un champignon caractéristique des armes nucléaires. Malgré un bruit de fond sur internet de plus en plus important, l’affaire paraît devoir être ignorée par la presse internationale. En Turquie cependant, le grand quotidien populaire Sabah a publié hier la nouvelle sur son site, sous le titre «des bombes à neutrons jetées sur le Yémen». Le quotidien turc cite le site américain Veterans Today qui affirme que seul Israël aurait la capacité de mener une telle opération. Dans cette version, les bombes auraient été larguées par un F 16 repeint aux couleurs saoudiennes. Si la réalité d’un bombardement dévastateur ne fait guère de doute, son origine est cependant plus difficile à déterminer, car d’autres pays disposeraient de bombes à neutrons, par exemple la France et la question pourrait se poser d’autres pays encore, tous désireux d’aider le gouvernement de Riyad dans la guerre qu’il a lancée le 26 mars contre les rebelles chiites Houthis. Si beaucoup de questions restent ouvertes, le silence de la communauté internationale est d’autant plus remarquable qu’elle s’est, en août 2013, mobilisée sur la Syrie sur la base d’indices beaucoup plus équivoques.

Vidéo

Vidéo





 

AGEFI



...