Le secret bancaire est parfois comparé à la déontologie professionnelle du médecin ou de l'avocat. En fait, envers l'État fiscal, il est avant tout l'expression des droits et de la souveraineté du citoyen, qui délègue certaines tâches aux collectivités, sans revêtir pour autant le statut médiéval de sujet. Dans une société libre, c'est à l'État de se justifier, et non l'inverse. Certains représentants de la politique et de la banque proposent néanmoins de sacrifier cette valeur en plaidant pour son abrogation pour les résidents en Suisse. Comment la sphère privée financière peut-elle être encore protégée dans un monde d'échange automatique d'informations? Dans quelle mesure le «citoyen transparent» est-il destiné à devenir réalité dans le contexte interne?

 

Intervenants:

Daniel J. Mitchell, chercheur senior, Cato Institute, Washington
«The eroding human right of financial privacy»

Philippe Kenel, avocat, associé de l'étude Python & Peter
«Ce qui reste et doit être préservé du secret bancaire suisse»

 

Les interventions seront suivies d'une discussion et d'un apéritif.

 

Inscription requise - formulaire d'inscription

En partenariat avec L'Agefi.

 

 

En 2014, l'Institut Libéral, en partenariat avec le quotidien «L'Agefi», à lancé un concours d'essai en langue française pour les étudiants jusqu'à l'âge de 30 ans immatriculés dans les universités et les hautes écoles de Suisse. L'essai doit se baser sur la citation suivante :

« L'excès des impôts conduit à la subversion de la justice. »

                                                            Benjamin Constant (1767-1830)

Lauréats

1er prix: Mlle Amel Merabet, Université de Genève
«L'excès des impôts conduit à la subversion de la justice»

2e prix: M. Fabio Cappelletti, Université de Genève
«L'excès des impôts comme subversion de la justice: réflexions à partir de deux conceptions contrastantes de cette dernière»

3e prix: M. David Pardo, Université de Genève
«L'excès des impôts conduit à la subversion de la justice»

Prix

Les essais ont été évalués par un jury selon des critères standardisés. Les gagnants recevront des prix de CHF 1 500.- (1re place), de CHF 1 000.- (2e place) et de CHF 500.- (3e place). Le texte gagnant sera publié dans «L'Agefi». Les trois gagnants recevront également un abonnement gratuit d'une année au quotidien «L'Agefi». La cérémonie de remise des prix se tiendra dans le cadre de la soirée-débat «Fiscalité et justice» de l'Institut Libéral, le mardi 30 septembre 2014 à Genève.

Jury

Le jury a évalué le contenu et le style des soumissions. L'objectif principal a consisté à déterminer la clarté, l'originalité et l'individualité de l'essai à partir de la citation de Constant. Le jury est composé des personnes suivantes:

  • Léonard Burnand, directeur de l'Institut Benjamin Constant
  • Alphonse Crespo, vice-président de l'Institut Libéral
  • Fathi Derder, conseiller en communication, conseiller national
  • Nicolette de Joncaire, journaliste à «L'Agefi»
  • Olivier Meuwly, historien

Questions

Pour tous renseignements supplémentaires, n'hésitez pas à prendre contact par e-mail en cliquant ici

 

 

 


Fondé en 1979, l'Institut Libéral a pour mission la réflexion et la recherche des idées de liberté. L'Institut promeut la tradition et la culture suisses de liberté individuelle, de paix, d'ouverture et de diversité politique et contribue au développement de la tradition intellectuelle libérale.

L'autonomie privée, fondée sur la propriété et l'échange dans une société civile pluraliste, sert de principe directeur. L'Institut s'engage en faveur de marchés ouverts et d'un environnement institutionnel décentralisé.

D'esprit confédéral et de rayonnement international, premier think tank indépendant du pays, l'Institut Libéral travaille en quatre langues: le français, l'allemand, l'italien et l'anglais. Il déploie des activités distinctes à partir de ses sièges de Genève et de Zurich.

Au cœur des activités de l'Institut se trouvent de nombreuses publications et une variété d'événements publics et privés. L'Institut anime des activités destinées aux étudiants et plusieurs centres de compétence. Il offre de nombreux services en consonance avec sa mission. Il coopère dans toute la Suisse et au niveau international avec des organisations poursuivant des objectifs similaires. L'Institut remet chaque année le Prix Röpke pour la Société Civile à des personnalités qui ont contribué de façon remarquable à la culture de la liberté en Suisse.

Pour poursuivre son engagement en faveur de la liberté, l'Institut Libéral dépend de votre soutien. En appuyant ses activités, vous pouvez exercer une influence substantielle pour faire avancer les fondations idéelles d'une société libre.

...