INVITATION

La Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR)  vous invite à son événement :

Business & Religion

Quels liens unissent le monde des affaires et les valeurs religieuses?

 

Jeudi, 28 avril 2016, 17h00, Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR)

La conférence sera suivie d'un apéritif. 

Entrée libre, mais inscription online obligatoire.

 

Pression concurrentielle, stress et incertitudes font partie du quotidien des entreprises suisses. En cette période de forte instabilité, l’offre de conseils dans le domaine du management n’a jamais été aussi abondante et variée. Et pourtant, certains chefs d’entreprise puisent leur approche managériale dans leur foi, loin des méthodes traditionnelles.

Il s’agira d’expliquer de quelles façons ces dirigeants associent leurs manières de manager avec leurs valeurs spirituelles.

Les invités

Modérateur
Patrick Fischer

Journaliste, producteur et présentateur de l’émission économique TTC

 

Conférenciers 

Sœur Claire

Religieuse et chef d’entreprise, membre de la Congrégation des sœurs de Saint-Augustin, elle a été la patronne d’une PME durant plus de 50 ans.

Elle viendra nous expliquer comment elle a su conjuguer sa foi et l'exercice du pouvoir.

Bernard Russi

Il est le PDG du groupe hôtelier Boas. Cette société comprend quelque 1'500 collaborateurs, près de 40 établissements – EMS, hôtels, restaurants et centres thermaux de haut standing.

Il nous démontrera que réussite et spiritualité ne sont pas contradictoire.

Dr. Monika von Sury

Elle est entrepreneuse et vice-présidente de l’Association Entrepreneurs Chrétiens Suisses (ECS). Elle viendra nous présenter son organisation au travers d’entreprises à succès.

 Programme (sous réserve de modifications) :

17h00
Mot de bienvenue, Rico Baldegger, Directeur de la HEG-FR

17h00 – 17h15

Introduction, Patrick Fischer

17h15 – 17h25

Présentation, Sœur Claire

17h25 – 17h35

Présentation, Bernard Russi

17h35 – 17h45

Présentation, Dr. Monika von Sury   

17h45 – 18h30

Table ronde : questions-réponses en interaction avec le public

 

 

Communiqué de presse - 14.12.2015

LA COMPLEXITÉ DES FONDS DE PRÉVOYANCE

Résultats de l’étude menée par la Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR)

Les suisses placent de plus en plus leur argent dans des fonds de prévoyance. Il devient donc important de choisir un fonds de prévoyance pertinent. Etant donné que les avantages fiscaux sont identiques pour tous les produits 3a, les épargnants gardent souvent leur capital au même endroit. Pour faciliter la compréhension entre les différents prestataires, la Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR) a mis en place un système de notation et de comparaisons des produits 3a.

Le développement démographique en Suisse met les fonds de prévoyance sous pression. Il est bien connu que la proportion entre les personnes actives et les retraités ne cesse de se réduire. Dans ce contexte, l’épargne individuelle du 3ème pilier, par le biais des fonds de placement 3a, devient toujours plus importante. La population suisse semble être consciente de cet avantage. Selon les chiffres de 2011 de l’Office fédérale des assurances sociales (OFAS), les suisses ont versé un montant record de plus de 42 milliards de francs pour le 3ème pilier. Etant donné que les avantages fiscaux sont identiques pour tous les produits 3a, le critère d’exclusion pour un épargnant repose essentiellement sur l’évolution de son fonds de placement. Dans la pratique, le manque de connaissance, de transparence ainsi que la diversité des produits proposés impliquent que la majorité des épargnants garde le même fonds, même si ce dernier est sous-performant par rapport au marché.

Dans ce contexte, la Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR) a élaboré un système de notation et de comparaisons des produits 3a. Les résultats de cette recherche publiés dans le journal «Handelszeitung» démontrent que les fonds de placement 3a ont obtenu la note de «très bien». Il en découle également que, depuis deux ans, l’assurance Axa Wintherthur distance tous les prestataires de fonds de prévoyance en Suisse. Ce résultat est valable, non seulement pour les fonds de prévoyance à revenu fixe, mais également pour des profils de risque défensif et pondéré.L’assurance Swiss Life et la banque privée LGT obtiennent une bonne appréciation.

Les banques en tant que fournisseurs classiques de produits de prévoyance sont en retard par rapport à la concurrence. Deux raisons expliquent ce recul: les différents coûts des fonds et l’allocation des actifs.Les fonds de prévoyance des assureurs sont constitués par une proportion significativement plus élevée déplacements immobiliers par rapport aux produits bancaires et cela au détriment de la part d’obligations. Ce constat tient au fait que les compagnies d'assurance sont traditionnellement très expérimentées dans les investissements orientés à long terme tel que l’immobilier.

Concernant l’épargne sous forme de prévoyance, trois points sont à prendre en considération: la composition du fonds, le montant des frais et l’optimisation fiscale. Selon l’étude de la HEG-FR, les produits les mieux classés démontrent, qu’aujourd’hui plus que jamais, la consultation du Factsheet (fiche d’information) est inévitable. Cette documentation explique dans quel placement le fonds est investi. Par ailleurs, en achetant des produits d’assureurs et des produits bancaires, l’investisseur obtient une diversification maximale. De cette façon, il est en mesure de faire face aux 30 prochaines années, quelle que soit l’évolution des placements immobiliers ou obligataires.

Contact :
Rico Baldegger
Directeur de la HEG-FR
T. +41 79 719 19 20
E-mail

Téléchargez le rapport GEM 2014 sur l'entrepreunariat en Suisse

Communiqué de presse - 26.06.2015

ENSEIGNER L’ENTREPRENEURIAT ET L’INNOVATION SUR LES BANCS D’ÉCOLE

Publication des résultats du rapport Global Entrepreneurship Monitor 2014 (GEM)

La Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR) a mené l’enquête pour la plus importante étude internationale en matière d’entrepreneuriat. Ce rapport, intitulé Global Entrepreneurship Monitor (GEM), analyse les attitudes et activités entrepreneuriales de la population active durant l’année écoulée. Des experts renommés de divers horizons y évaluent également les conditions de l’entrepreneuriat en Suisse. Les résultats de l’étude relève un manque de volonté de se lancer dans des activités entrepreneuriales et ceci malgré d’excellentes conditions économiques et une peur de l’échec limitée. Cette tendance est particulièrement prononcée au sein de la population la plus jeune (18 -24 ans). En outre, une différence significative se fait largement ressentir selon les régions linguistiques.

En Suisse, la Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR) en collaboration avec l’ETH Zürich, la SUPSI la ZHAW School of Management and Law et le Crédit Suisse ont réalisé l’étude 2014 pour le Global Entrepreneurship Monitor (GEM). Plus de 2'000 entretiens et interviews d’experts ont été réalisés afin d’analyser la relation qu’entretient notre pays avec le monde de l’entrepreneuriat.

Une jeunesse de plus en plus frileuse
Cette valeur est particulièrement basse, en comparaison internationale, principalement pour la population des 18-24 ans. Ce groupe d’âge considère l’entrepreneuriat comme une réelle opportunité professionnelle. Malgré ce constat, ils ne sont pas assez convaincus de leurs propres compétences entrepreneuriales. Cette observation révèle un manque de confiance en soi et laisse penser que cette tranche d’âge n’est pas prête à quitter la zone de confort d’un salaire mensuel assuré. Une des solutions pour les stimuler serait de dispenser des cours dès la scolarité obligatoire sur l’esprit d’entreprise et sur l’innovation.

Le Röstigraben ancré jusque dans le monde entrepreneurial
Le rapport GEM souligne une fois encore les différences régionales entre les cultures linguistiques de la Suisse. Les opportunités identifiées et l’auto-évaluation de la population active sur sa capacité de fonder une entreprise sont significativement plus élevées en Suisse alémanique qu’en Suisse romande et italienne. La crainte de l’échec est à son niveau le plus bas principalement en Suisse alémanique. Toutefois, les suisses romands perçoivent la carrière entrepreneuriale comme plus attrayante et révèlent des intentions entrepreneuriales plus marquées.

Une ambivalence bien helvétique
Il en ressort que la Suisse compte parmi les pays qui offrent les conditions les plus favorables à l’entrepreneuriat. Seul Singapour obtient une évaluation aussi positive. Les évaluations des experts sont très optimistes, en particulier dans les domaines de la finance, de l’infrastructure économique, de la formation tertiaire, du transfert de connaissances et technologique, ainsi que de la stabilité de la dynamique du marché intérieur. En comparaison aux autres économies basées sur l’innovation, la Suisse montre une crainte très faible de l’échec. A peine 29% de la population active dit renoncer à créer sa propre entreprise par crainte d’échouer. Ce pourcentage place la Suisse devant les Etats-Unis. Cependant, l’activité entrepreneuriale des suisses se situe à 7.1% en dessous de la moyenne des pays dont l’économie est axée sur l’innovation. Le taux d’activité entrepreneuriale a même légèrement reculé par rapport à l’année passée.

Contact :
Rico Baldegger
Directeur de la HEG-FR
T. +41 79 719 19 20
E-mail


HEG - Fribourg

Notre vision

Nous visons à devenir l’une des références en Europe dans l’offre et le développement de programmes reconnus internationalement, aux différents degrés d'études de la vie, particulièrement dans les domaines de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Notre ambition est de convertir les notions théoriques en compétences pour l’action managériale, en s’appuyant sur un corps professoral entièrement engagé, sur des étudiants mobilisés, ainsi que sur un excellent bilan multidisciplinaire en recherche appliquée.

La HEG-FR s'est fixée les objectifs suivants:

- Nous sommes l'une des meilleures écoles de gestion de Suisse et nous bénéficions d'une renommée internationale.

- Nos diplômé(e)s font preuve d'un esprit entrepreneurial très développé et se distinguent par d'excellentes compétences opérationnelles.

- Vécu au quotidien, notre trilinguisme nous distingue des autres Hautes écoles.

- Nos partenaires apprécient notre force d'innovation.

- Nous sommes considérés en Suisse comme des précurseurs dans le domaine de la formation et de la recherche interdisciplinaires.

- Nos diplômé(e)s sont très demandé(e)s sur le marché du travail.

Contact

Haute école de gestion Fribourg
Chemin du Musée 4
CH-1700 Fribourg

Tél: +41 26 429 63 70
Fax: +41 26 429 63 34
E-Mail

...