Vitol: hausse des volumes pour la deuxième année

lundi, 27.03.2017

Les volumes de brut et de produits pétroliers sont en hausse de 16% à plus de 7 millions de barils/jour. Ils avaient déjà cru de 13% en 2015.

Nicolette de Joncaire

Ian Taylor, président et CEO du groupe Vitol

Le géant du négoce de l’énergie Vitol annonce pour 2016 des volumes de brut et de produits pétroliers en hausse de 16% à 2597 millions de barils, soit plus de 7 millions de barils/jour. Ces volumes avaient déjà cru de 13% en 2015 après avoir baissé de 3% en 2014. En raison de la faiblesse des cours, le chiffre d’affaires est en réduction de 10% à 152 milliards de dollars (168 milliards en 2015, 270 milliards en 2014). A titre indicatif, le cours moyen annuel du pétrole était de 34,39 dollars le baril en 2016, de 41,85 dollars en 2015 et de 85,60 dollars en 2014* (ces prix ne s’appliquent pas aux transactions de Vitol).

Le négoce de brut (+16%), représente 48% du portefeuille soit 3,4 millions de barils/jour. Ce sont les ventes d’essence (+44%) et de diesel (+26%) qui se taillent la part du lion grâce à une forte demande aux Etats-Unis et, dans une moindre mesure en Australie, ainsi qu’à une présence croissante sur les marchés africains. L’approvisionnement en GPL, associé ou non à la production des schistes américains, a généré une hausse de 131% des volumes. L’ample disponibilité de gaz favorise l’abandon par les marchés asiatiques et africains de l’usage des combustibles solides et le groupe travaille sur des projets de centrales en Afrique qui contribueront à les migrer progressivement du pétrole et du diesel à des sources d’énergie plus propres. Côté charbon, le marché a repris en 2016 avec une flambée des prix en fin d’année due aux restrictions politiques en Chine. L’augmentation des volumes, revenus aux niveaux de 2014, reflète la poussée croissante de l’Asie et l’ouverture de nouvelles centrales à charbon, avec une capacité de production supplémentaire estimée à 50 GW en 2016.

Sur le plan des actifs, Vitol continue à cibler des investissements complémentaires de la chaine du négoce. Le groupe a vendu la moitié de sa filiale néerlandaise VTTI à Buckeye Parners pour un montant de 1,15 milliard de dollars en octobre 2016. Il a cédé ses actifs pétroliers du bassin Permien à Sunoco Logistics en septembre 2016 et les terminaux d’asphalte de Blueknight (US) à Ergon en octobre 2016. En juillet 2016, Vitol (en partenariat avec Helios) confirmait le renforcement de sa position au Nigeria par une participation majoritaire dans le leader énergétique Oando, propriétaire de 350 stations-service, de vastes capacités de stockage et d’intérêts dans la distribution au Ghana. Le groupe créé à cette occasion, OVH Energy, serait la 2e force de distribution au Nigeria avec une part de marché de 12%. En décembre 2016, Vitol (toujours avec Helios) annonçait l’achat à Shell des 20% restant de Vivo Energy créé en 2011, un réseau de distribution africain de 1700 stations-service s’étendant sur 16 pays. L’an dernier, Vitol ajoutait les carburants pour l’aviation aux activités de Viva Energy, autre réseau acquis de Shell, mais cette fois en Australie en 2014. Vitol continue (avec Carlyle et Argos) d’étendre son réseau européen, Varo Energy, propriétaire de la raffinerie suisse de Cressier. Toujours en 2016, Vitol ajoutait 1700 stations-service à son portefeuille par l’achat d’OMV Petrol Ofisi, premier distributeur de carburants turc. Enfin, en partenariat avec Sargeant Marine, Vitol lançait l’an dernier VALT, leader mondial de la distribution d’asphalte. En amont, Vitol continue à développer les gisements pétroliers et gaziers de Sankofa Gye Nyame au large du Ghana, opérés par Eni. Le projet, financé par la Banque Mondiale, l’IFC, MIGA et UK Export Finance, vise à remplacer le pétrole par du gaz dans la production thermique du pays.

Côté direction, Ian Taylor reste président et CEO du groupe. Russel Hardy est promu à la tête du nouveau département EMEA. David Fransen abandonne la gestion de la branche genevoise au Chief Information Officer, Gérard Delsad, pour prendre la présidence du conseil d’administration. 





 

AGEFI




...