Diversification dans le secteur du transport de commodities

jeudi, 17.11.2016

Tsm. Les cargaisons de matières premières représentent le quart des primes transport de la coopérative d’assurances.

Elsa Floret

Rolf Käppeli. Maintien du statut coopérative et développement dans les commodities.

Inexistante à l’origine, l’assurance du transport maritime des matières premières représente désormais un pôle significatif des activités de la coopérative d’assurance TSM. La stratégie de TSM, présente à Lausanne, La Chaux-de-Fonds, Zurich et Genève est de rester l’assureur spécialisé dans un marché de niche.

TSM est une coopérative d’assurance née en 1921 à la Chaux-de-Fonds créée historiquement par l’industrie horlogère pour le transport de ses montres à l’export. A cette époque, aucune couverture satisfaisante ne permettait d’assurer le risque de transport de ces objets de valeur, raison pour laquelle les horlogers ont créé leur propre compagnie d’assurance sous forme mutualiste. Depuis, la structure coopérative a perduré et l’activité de TSM s’est considérablement diversifiée. La marine division avec sa clientèle de négociants a été ajoutée au portefeuille de TSM, qui assure toujours les horlogers et ses sous-traitants, mais également les risques spéciaux (annulation d’événements tels que concerts, conférences, manifestations sportives), le cautionnement (garanties de construction et garanties d’acompte pour les fabricants de machine), casco véhicule spécialisée (casco course et collection), ainsi que l’assistance médicale pour entreprises.

Sur les 24 millions de francs d’encaissement de TSM, 16 millions concernent le transport. «Le marché des commodities présente un réel potentiel de développement, depuis le preshipment transport, en passant par le stockage de denrées et le transport jusqu’à destination des cargaisons en vrac, comme les grains, les produits pétroliers commente Rolf Käppeli, marine division director chez TSM. L’assurance transport est libéralisée dans le monde depuis 300 ans, à l’exception des pays en développement et des pays émergents, où les assureurs doivent êtres des sociétés locales.

Certes, avec la chute des prix des matières premières, la division commodities a perdu du chiffre d’affaires Mais de nouvelles opportunités d’assurance de cargaison de pétrole brut s’offrent à elle. Avec une limite de souscription fixée à 20 millions de francs, TSM peut négocier sporadiquement une réassurance facultative supérieure, si besoin. «Afin de contrer la baisse du prix des produits agricoles, nous cherchons à assurer des marchandises dont la valeur par chargement est supérieure. Le pétrole brut représente la plus grande part de marché et donc une croissance plus forte pour TSM», explique Rolf Käppeli. En cas de remontée des prix, les primes augmenteront proportionnellement, ce qui permet de maintenir le contrôle du risque. Les contrats d’assurance transport sont négociés annuellement, selon le standard anglais.

Dans le domaine maritime, TSM gère une centaine de clients à Lausanne et une cinquantaine à Zurich. Environ 1/3 des clients est domicilié à l’étranger et 2/3 en Suisse. La proportion est inverse, en ce qui concerne les encaissements de primes, les clients les plus importants résidant à l’étranger. Les clients sont actifs dans tous les secteurs du transport en vrac, comme l’énergie, les grains, les céréales, les huiles végétales, le papier, le lait en poudre, les crevettes, les produits surgelés, les produits pétroliers, les engrais, les machines.

N’est-il pas paradoxal pour TSM de conserver son statut mutualiste historique dans sa stratégie de diversification internationale?

La volonté de la société est de maintenir son statut de coopérative et de se développer sur le marché des commodities. «Que l’on soit une coopérative ou une société anonyme, la technicité de notre couverture, notre appréciation du risque et notre niveau de souscription restent identiques. L’appui de la réassurance nous permet d’assurer des chargements d’une valeur importante, même pour notre petite mutuelle», explique Rolf Käppeli.n





 

AGEFI



...