L’aventure indienne change d’échelle

lundi, 24.10.2016

Le groupe prend une participation dans la deuxième raffinerie privée du sous-continent. Entretien avec le CEO de Trafigura India à Genève.

Interview: Nicolette de Joncaire

Raoul Bajaj, CEO Trafigura India

Cette année, la demande indienne de pétrole s’est accrue de 10%, soit 4 millions de barils/jour supplémentaires. Ce qui en fait le troisième consommateur mondial derrière les Etats-Unis et la Chine (et devant le Japon). L’élan ne s’arrêtera pas là. Avec la réforme de la TVA (enfin unifiée) qui fluidifie les échanges à l’intérieur du pays, l’Inde est finalement en passe de devenir un marché unique. La réforme légale sur les faillites la rend aussi plus propice à accueillir les investissements étrangers. Quant au taux de pénétration automobile, il ne peut qu’augmenter car 80% des véhicules en circulation sont encore des deux roues. Si en Chine le nombre des utilitaires de type VUS atteint 8 millions, il n’est que de 800.000 en Inde. C’est dans ce contexte que Raoul Bajaj, CEO de Trafigura India, commente le développement du groupe et sa prise de participation dans la deuxième raffinerie privée du pays.

Trafigura s’engage dans la deuxième raffinerie privée d’Inde. Que comporte cette transaction?

Trafigura a formé un consortium d’investissement pour la reprise de 49% du capital d’Essar Oil à Mumbai. Cette association se répartit entre Trafigura (49%), le  fonds d’investissement russe United Capital Partners (49%) et le conglomérat indien Essar (2%). Le groupe pétrolier russe Rosneft  a de son côté acquis 49% du capital de cette même société. Essar Oil est propriétaire de la deuxième raffinerie privée du pays à Vadinar dans le Gujarat, d’un port et d’importants réservoirs de stockage à proximité ainsi que d’un réseau domestique de plus de 2700 stations-service. La transaction a été structurée pour qu’aucun des participants ne puisse seul contrôler l’ensemble.

Pour quel montant et de quelle manière Trafigura s’est-il engagé?

Essar Oil et les actifs qui y sont associés sont valorisés à 12,9 milliards de dollars mais le prix ne sera pas finalisé avant la fin de l’année ou le début de l’an prochain. Trafigura s’acquittera de sa part en cash et par financement sans recours.

Quelles sont les caractéristiques de la raffinerie et du port?

Ultramoderne, la super-raffinerie traite 20 millions de tonnes par an avec un indice de complexité Nelson de 11,8. Elle est capable de produire des produits aux normes Euro IV et V. Elle est surtout située de manière stratégique au cœur de la croissance asiatique, au croisement des sources de production du Moyen-Orient et des centres de consommation de l’Extrême-Orient. La capacité du port est de 58 millions de tonnes et celle de l’amarrage à point unique (SPM) de 27 millions de tonnes. Le port et la raffinerie disposent également de deux unités de stockage de 7,5 millions de barils pour le brut et d’un stockage de 12,5 millions de barils pour les produits pétroliers.

Trafigura compte-t-il y investir?

L’ensemble est déjà très bien équipé sur le plan logistique et il n’est pas question d’investissement pour l’instant sinon peut-être d’un éventuel programme d’optimisation. Il est possible d’installer un complexe pétrochimique à proximité mais il encore bien trop tôt pour envisager un projet de cette nature.

L’approbation des autorités ne devrait pas poser problème.

Du point de vue règlementaire, la reprise d’Essar Oil ne pose aucune difficulté car ses activités continueront comme par le passé. L’accord s’est fait avec le soutien du gouvernement et a été annoncé en présence du Premier Ministre indien Narendra Modi et du Président russe Vladimir Poutine.

Cet accord offre une opportunité de désendettement important aux banques indiennes.

Ce n’est pas à nous de commenter le bilan du groupe Essar. Ce que nous pouvons simplement dire est que, selon la presse indienne, l’accord devrait permettre d’initier le désendettement du secteur bancaire.

Comment est structuré Trafigura en Inde?

Sur deux axes. Trafigura Global Services assure le back-office du groupe avec des antennes à Mumbai, à Montevideo et en Chine. Trafigura India Private Limited (TIP) négocie les métaux raffinés en Inde. Elle sert aussi de point d’appui pour le trading du pétrole et du charbon en Inde à Trafigura Pte Limited (Singapour) qui est le centre d’enregistrement des transactions du groupe. TIP vient d’ailleurs de recruter trois personnes supplémentaires pour développer les ventes d’énergie. L’ensemble de nos activités en Inde est assuré par 530 collaborateurs.

Quels volumes de métaux traite Trafigura India Private?

De 84.000 tonnes annuelles de métaux raffinés, nous sommes passés, en trois ans, à 600.000 cette année notamment grâce à des partenariats stratégiques avec des producteurs et des groupes locaux comme Polycab Wires, TDT Copper et Nicomet Industries, l’unique raffineur de nickel du pays. Au mois d’août, Trafigura India a formé une co-entreprise avec Polycab pour mettre sur pied une usine de production de fil machine en cuivre

Point de situation sur le site de distribution Lykos

En juillet 2014, Trafigura India lançait Lykos, le premier site de distribution de métaux en ligne aux petites entreprises indiennes (L’Agefi du 20 août 2014). En août dernier, Lykos entrait en phase 3 de son développement. Le site offre aujourd’hui un mécanisme complet de formation et d’optionalité des prix des métaux pour des lots aussi minime que 250 kilos de nickel. Drainés par l’enthousiasme des petits acheteurs et encouragés par la facilité avec laquelle ils peuvent s’approvisionner, les clients de grande taille commencent à s’y intéresser. Evitant la fixation des prix des contrats a priori, «Lykos leur offre un accès au marché plus efficace et moins couteux» explique Raoul Bajaj, CEO de Trafigura India. En ce qui le concerne, le succès sera complet lorsque les producteurs locaux se serviront de Lykos pour atteindre leurs clients et quand la plateforme sera utilisée par le marché secondaire. Il estime qu’en termes de digitalisation du marché des métaux, «la concurrence a maintenant trois ans de retard». Il est aussi question de développer la plateforme en Chine et les discussions progressent mais priorité a été donnée cette année à la phase 3 en Inde. Si le marché indien des métaux se caractérise par le nombre important de petites entreprises (40 à 45% de la demande indienne), le marché chinois est lui formé … d’une multitude de grandes entreprises. Dans un cas comme dans l’autre, la digitalisation est un atout. – (NJN)





 

AGEFI




...