Géant du café américain à Lausanne

lundi, 03.10.2016

Keurig Trading. La centrale d’achat du groupe est établie à Lausanne depuis début 2015. Parce que la Suisse est le centre mondial du trading du café.

Interview: Nicolette de Joncaire

Cyrille Jannet. "Notre objectif est d’obtenir un recyclage à 100% de nos dosettes d’ici 2020."

Keurig Green Mountain est aux Etats-Unis ce que Nespresso est à l’Europe. Culture oblige, ses boissons sont au goût américain: café filtre contre expresso. Le groupe est le leader du café US avec 4,5 milliards de dollars de vente (selon les résultats annuels publiés au 30 septembre 2015), 80 marques, 575 produits et 6000 employés. Coté au Nasdaq depuis 1993, Keurig a été repris par JAB Holding Company en mars cette année et a dorénavant le statut de société privée. Si les sept usines de production sont toutes sur le continent américain (6 aux Etats-Unis et 1 au Canada), la centrale d’achat du groupe, Keurig Trading, est à Lausanne depuis début 2015. Entretien avec son directeur Cyrille Jannet.

Quelle est la différence entre la préparation d’un café à l’américaine et celle d’un expresso?

Le café américain est filtré alors que l’expresso est obtenu par percolation sous haute-pression. Dans le premier cas, l’eau est soumise à une pression de 1 bar alors que dans le second la pression est de 12 bars. Une méthode «douce» en opposition à une méthode «dure».

Ces techniques sont-elles exigeantes en recherche et développement?

Très exigeantes. Nous possédons plus de 550 brevets et avons deux centres de R&D aux Etats-Unis sur lesquels nous avons investi près de 85 millions de dollars en 2014 et 2015.

Quel est le défi technique le plus important?

Le défi environnemental. Notre objectif est d’obtenir un recyclage à 100% de nos dosettes d’ici 2020, ce qui implique des avancées techniques complexes - car il est difficile de concevoir des objets de petite taille recyclables - et la mise en place d’une chaine de recyclage complète. Les premières dosettes entièrement recyclables sont en vente depuis cette année aux Etats-Unis.

Avez-vous d’autres engagements dans le domaine de la responsabilité sociale?

L’un de nos engagements est la traçabilité de notre production que nous voudrions assurer à 100%. Nous en assurons actuellement 68% et 23% de nos cafés sont certifiés comme issus d’une production durable. Un autre de nos objectifs est d’améliorer les conditions de vie d’un million de personnes concernées par nos chaines d’approvisionnement. A l’heure actuelle, nous l’avons fait pour près de 300.000 d’entre eux.

Pourquoi installer la filiale de négoce de Keurig à Lausanne?

La Suisse, et plus particulièrement Lausanne, est le centre mondial du trading du café. Environ 80% du café y est négocié et on estime que le négoce du café représente environ 1% du PIB suisse. Vous retrouverez ici aussi bien la centrale d’achat internationale de Starbucks que celle de Nespresso. Cette position de la place suisse permet le contact direct avec tous les acteurs de la profession: clients, fournisseurs, concurrents, partenaires et sociétés de transport ou de logistique. Elle permet également de trouver sur place toute l’expertise nécessaire au fonctionnement d’une centrale d’achat.

Quel est le rôle de cette filiale?

Nous achetons le café vert et assurons le contrôle de qualité. A Lausanne, nous gérons environ 250 millions de livres de café dont la moitié est destinée à nos propres marques et l’autre aux systèmes qui utilisent nos dosettes K-Cups.

Quels rapports particuliers entretenez-vous avec d’autres grands groupes de café?

Nous avons des liens privilégiés avec Starbucks qui nous livre le café torréfié destiné à la fabrication des dosettes pour sa distribution car le café Starbucks exige une mouture spécifique. Pour les dosettes K-Cup destinées à nos marchés directs, nous nous approvisionnons directement auprès des producteurs de café.

Keurig Trading est-il membre du Swiss Trading and Shipping Association?

Pas directement mais indirectement par le biais de l’Association suisse des négociants en café (SCTA) dont je suis vice-président et qui organise sa conférence annuelle la semaine prochaine.

Comment fonctionne le marché du café?

Contrairement au marché du cacao, il est traditionnellement très fragmenté car il y a plus de 30 pays producteurs dont notamment le Brésil, le Vietnam et l’Indonésie et quantité de sociétés de torréfaction et de distribution dans les pays développés. Depuis quelques années, on observe toutefois une consolidation au sein de grands groupes de torréfaction et de distribution. Ce que j’appellerais une deuxième vague. Toutefois, cette concentration s’applique aux fournisseurs de grandes surfaces et il existe aussi une troisième vague axée sur l’origine et la qualité. Composée de Direct Trade et de micro-torréfacteurs spécialisés, cette vague est déjà très présente aux Etats-Unis et en plein essor en Europe. Ce qui est commun à tous est la production du café qui reste et restera fondée sur de très petits producteurs dans les pays en développement. Une population vulnérable tant aux conditions climatiques qu’à la fuite des jeunes et qu’il faut protéger.

Keurig a été repris cette année par JAB Holding. Quelle est la nature de ce groupe?

Jab Holding est un investisseur privé de long terme appartenant à la famille Reimann. Il s’est lancé dans l’acquisition de grandes marques de café depuis trois ans avec les reprises successives de Peet’s Coffee & Tea, de Caribou Coffee, de Jacobs Douwe Egberts (JDE), de Stumptown Coffee, d’Espresso House, de Baresso Coffee et à présent de Keurig Green Mountain. En tout environ 30 milliards d’euros en 3 ans. Dans d’autres secteurs, Jab Holding a aussi repris Coty, Jimmy Choo et Bally.

Conférence des négociants de café à Genève cette semaine

L’Association suisse des négociants en café (SCTA) tiendra sa conférence annuelle à Genève les 6 et 7 octobre. Au programme, un premier panel sur le futur du négoce du café avec des représentants d’Ecom Agroindustrial, Volcafé, Sucafina et Olam. Un second panel sur le changement climatique et la production durable de café se tiendra également avec des délégués de Nespresso, Illy Café, Keurig Trading, Rabobank ainsi qu’Aaron Davis, directeur de la recherche du jardin botanique de Kew Gardens à Londres, et Tristan Lecomte, fondateur de PUR Projet, un collectif qui accompagne les entreprises dans l’intégration de la problématique du climat. – (NJN)





 

AGEFI



...