Très forte poussée sur le gaz et l’électricité

vendredi, 15.04.2016

Mercuria. La marge brute grimpe de 12% à 817 millions de dollars malgré un chiffre d’affaires 2015 en baisse à 56 milliards de dollars.

Nicolette de Joncaire

Résultats Mercuria sur 12 ans

Résultats de Mercuria sur 12 ans

Les chiffres 2015 de Mercuria affichent une très forte poussée de 65% sur les volumes négociés en gaz et électricité, de 1526 à 2523 TWh. A contrario les volumes de brut et de produits pétroliers sont en baisse de 8% à 99 millions de tonnes (équivalent pétrole). Les volumes de métaux, minerais et carbone affichent pour leur part une diminution de 11% à 67 millions de tonnes.

La marge brute grimpe de 12% (de 731 à 817 millions de dollars) malgré un chiffre d’affaires 2015 en baisse sur 2014, de 106 à 56 milliards de dollars, liée aux prix de l’énergie. L’actif net de la société marque un léger fléchissement de 3% à 2883 millions de dollars.

D’après une estimation de l’Agefi, le volume total négocié est en hausse d’environ 22%. Même si ce dernier chiffre est une approximation de notre cru, les résultats depuis la naissance de la société (que l’on surnomme parfois «Baby Mercuria»)  montrent une progression continuelle des volumes. Avec pour corollaire un décuplement sur 12 ans.

Un an après l’acquisition stratégique du négoce physique de matières premières de JP Morgan Chase & Co, Mercuria continue de croître sa gamme de produits et sa portée géographique, notamment avec la participation à son capital depuis janvier dernier du nouvel actionnaire ChemChina.

Le négoce de brut et des produits pétroliers, activité d’origine du groupe, a cédé le pas au négoce de gaz et d’électricité qui représente aujourd’hui une part majeure des volumes, dans le sillage de la reprise de l’unité de négoce de JP Morgan. Cette dernière a en outre permis une solide implantation sur le continent américain renforcée en février par l’acquisition d’une affaire d’approvisionnement et de distribution de brut dans les Montagnes Rocheuses, achetée à Enterprise Crude Oil LLC.

Au-delà de la prise de participation de 12% à son capital par ChemChina en janvier, Mercuria a affermi son empreinte en Chine grâce à un partenariat avec China Materials Storage and Transportation Development Company (CMSTD), la plus grande entreprise chinoise d’entreposage, pour l’expansion de Henry Bath (société qui faisait partie de la transaction JP Morgan). Le groupe annonçait d’ailleurs récemment une alliance stratégique avec le London Metal Exchange pour lister des entrepôts d’Henry Bath équipés de LMEshield sur le chemin dit du «Belt and Road» (autrement dit la Route de la Soie).  

Mercuria ne néglige pas non plus sa présence en Afrique et annonçait en octobre 2015 être entré en accord exclusif pour la reprise de 17% du capital de Forte Oil Plc au Nigéria, l’une des principales maisons de négoce locales, par le biais d’une transaction structurée, non encore confirmée.

Au moment de la rédaction de cet article, Mercuria n’avait pas commenté plus avant ces résultats.n





 

AGEFI




...