La conception centrée utilisateurs et contextes

jeudi, 11.06.2015

Série Fablab (4/5). L’innovation qui dépasse le seul intérêt de l’aspect technique.

Philippe Geslin, Carole Baudin*

Comment faciliter les capacités de création d’une communauté à un niveau local en lui donnant accès à des outils technologiques? Les Fablabs illustrent parfaitement cette dynamique qui s’instaure depuis quelques années en matière d’innovation. Des dynamiques avec lesquelles nous devrons compter dans un avenir proche. Les Fablabs fonctionnent en réseaux. Ils donnent la parole à tout un ensemble d’acteurs qui vont du scientifique au «profane». Centré aujourd’hui sur des produits, on peut penser qu’à l’avenir ce mode de fonctionnement sera susceptible d’investir le monde industriel en intervenant sur des systèmes de production complexes.

La philosophie des Fablabs cadre parfaitement avec une politique d’innovation impliquant les entreprises et le monde de l’enseignement (Universités & Hautes Ecoles). Elle est complémentaire des «laboratoires d’idées» (Think Tank) dans la mesure où elle permet la réalisation concrète de concepts innovants élaborés au sein de ces structures. Elle implique les usagers qui échangent sur la toile à travers le monde, fondent des groupes émergents et constituent de véritables forces de proposition avec lesquels les entreprises vont co-agir puisque les dits usagers sont eux-mêmes sources d’innovation. «Il n’y a pas de grande cuisine sans gastronomes». Dans leur fonctionnement, ces laboratoires illustrent en partie ce que l’on connaît des processus de conception/innovation actuels. En partie seulement car partant du principe que les porteurs d’innovation sont porteurs de leurs propres valeurs sociales et culturelles, les choix d’innovation ne sont pas forcément «évalués» au regard de leurs répercussions sociales, économiques et culturelles dans des contextes différents de ceux dans lesquels ils ont été pensés.

Dans cette optique, les composantes anthropologiques et ergonomiques du Fablab de Neuchâtel constituent le profil original de cette structure dans l’univers des Fablabs. Il s’agit d’encourager les dynamiques d’innovations animées par une réelle volonté de promouvoir une conception centrée utilisateurs et contextes d’utilisation et non sur les seuls aspects techniques comme c’est le cas actuellement.

Pour atteindre ces objectifs, le Fablab de Neuchâtel met à profit les compétences anthropotechnologiques de la Haute Ecole Arc Ingénierie. Dans son fonctionnement, le Fablab rend possible l’intégration des utilisateurs à chaque étape du processus de conception d’un objet technique. C’est un outil puissant pour recueillir et analyser les besoins, tester les premiers concepts, évaluer les solutions en situation réelle. Il permet de mettre en place un processus itératif, un va-et-vient entre les prescriptions des concepteurs et les avis des utilisateurs. Il facilite la mise en matière, la traduction, à chaque étape, des idées des concepteurs pour que les utilisateurs puissent comprendre, saisir, toucher, manipuler, simuler ses activités avec le produit à concevoir, pour finalement contribuer à sa conception.

Dans cette perspective, les Fablabs, lieux de prototypage rapide, de co-création, de partage de connaissances et d’expériences sont de nouveaux outils qui permettent de mettre en place une telle approche. Matérialisation rapide des idées par manufacture additive (impression 3D), par découpage laser ou autre, ces espaces facilitent la mise en forme relativement rapide des idées. Mais les Fablabs ne se réduisent pas à cela. Leur apport dans une démarche de conception centrée utilisateurs ne se limite pas à cette concrétisation des idées. Ce concept crée par le MIT est plus qu’un simple lieu de prototypage, il est surtout et avant tout un réseau international qui permet de déporter la fabrication de maquettes et ainsi de tester dans divers lieux des concepts techniques ou formels. Par ailleurs, la philosophie «opensource» qui les sous-tend permet aux utilisateurs de modifier, améliorer, détourner les plans initiaux des produits pensés par d’autres. En ce sens, le Fablab met en pratique la philosophie qui consiste à penser que la conception se poursuit dans l‘usage. Le Fablab veut aussi offrir aux jeunes et aux intéressés de tous âges le terrain d’expérience qui leur permette de découvrir et comprendre le champ d’action de l’industrie et le rôle qu’ils pourraient y jouer. Les personnes en premier lieu, avec leurs savoirs, leurs savoir-faire et «last but not least» leurs savoir-vivre, tant les collaborations et les réseaux sont essentiels. C’est par là que commence toute aventure industrielle.

* Professeurs HES, Unité de recherche en Anthropotechnologie EDANA, Haute Ecole Arc Ingénierie

L’article d’hier était signé Gaëtan Bussy et non Guy comme indiqué par erreur.    

Le dernier article de la série dans nos éditions de demain.



agefi_2015-06-11_jeu_05
 


...