L’usine de quartier au quotidien

mercredi, 10.06.2015

Série Fablab (3/5)- De nombreux instruments étonnants. Des idées qui façonnent la matière. L’expérience est réellement fascinante.

Gaëtan Bussy*

Il est neuf heures. De la gare de Neuchâtel, le flux de voyageurs sort de manière quasi continue. Tête baissée, d’un pas décidé et plongés dans leurs pensées, ces passants ont l’air prêts pour une nouvelle journée. Certains prennent de l’avance et répondent à leurs e-mails via leur appareil mobile ultra connecté. D’autres s’arrêtent, saluent la boulangère et repartent avec une pâtisserie tout juste sortie du four. D’autres encore attendent patiemment le taxi, le bus ou un ami.

Dans ce décor transpirant la routine, cet homme avec cinq ou six plaques de bois sous le bras se dirige joyeusement vers une vitrine qu’on ne peut qualifier de magasin ou de kiosque... encore moins de restaurant.

Les vitres laissent entrevoir un atelier rempli de machines et d’outils divers. C’est un Fablab. Ouvert trois ou quatre jours par semaine, cette petite usine de quartier offre à toutes et tous la possibilité de fabriquer quasiment n’importe quoi.

Les «cubes» alignés sur le devant de la vitrine sont capables d’imprimer des objets en trois dimensions. La petite boîte grise posée sur une table permet de scanner et reproduire virtuellement tous types d’objets. Une carte électronique programmable permet la conception de systèmes du plus simple au plus complexe.

Tous pilotés par ordinateur, ces appareils sont à disposition et utilisés par des bricoleurs, des designers, des artistes, des entrepreneurs ou des étudiants. Ici on entre, on apprend et on fait. Les différents utilisateurs échangent, partagent et font évoluer leurs idées ou leur projet.

Un peu plus loin, une autre machine permet la découpe de différents matériaux. Une légère odeur de brûlé reste perceptible. Les éléments découpés ont été délicatement sortis de la découpeuse laser. Grâce aux plans mis à disposition sur Internet, les plaques de bois se sont transformées en pièces fonctionnelles. Assemblées, ces pièces forment une véritable petite usine: une imprimante 3D identique à celles présentées en vitrine. Ce quidam entré au Fablab avec des planches de bois, en ressort avec une petite machine d’impression 3D!

Plusieurs types «d’imprimantes d’objets» sont disponibles dans ce laboratoire de rue. L’une d’entre elles est en fonction: la bobine de fil plastique se déroule petit à petit. L’imprimante l’avale, lentement. Le fil est fondu et se dépose couche par couche. Paisiblement, les couches se succèdent. Le volume se forme et l’objet naît.

Ces différents moyens de fabrication se prennent en main aisément. Plusieurs ateliers (ou workshops) sont organisés pour faciliter l’apprentissage d’un logiciel, se familiariser avec la programmation d’une carte électronique ou se plonger dans le monde de l’usinage tridimensionnel. Ouverts au public, ces moments se veulent accessibles à toutes et tous et sont l’occasion de s’immerger dans le monde des «makers». Le sculpteur désirant reproduire son œuvre en 3 dimensions, l’entrepreneur en pleine phase de prototypage d’un nouveau produit ou l’inventeur un peu fou en train de révolutionner le grille-pain, chacun y trouve son compte.

On comprend alors aisément qu’au-delà des différents outils de prototypage numérique, c’est la philosophie qui sous-tend ce lieu et qui en fait sa spécificité. Le lieu est ouvert au public. Chacun y amène ses idées, ses projets, ses compétences et les partage. Le partage est local, mais également international puisqu’environ 300 Fablabs sont répartis sur notre planète. Cette capitalisation du savoir-faire autour de la fabrication numérique permet de répondre de manière globale à des problématiques locales. La reproduction d’une pièce cassée dans l’aspirateur de la voisine peut être réalisée en s’appuyant sur les compétences mises à dispositions dans le Fablab du coin. La disparition des abeilles peut être observée et analysée localement à l’aide de ruches connectées développées dans celui de Barcelone et fabricable dans n’importe quel autre Fablab.

Invention, création de produits, bricolage, les Fablabs sont au centre d’une dynamique d’innovation basée sur le plaisir de «faire ensemble».

De l’idée à la matière, la fabrication numérique en raccourcit le processus. L’expérience est fascinante. L’idée matérialisée peut alors être partagée, discutée, travaillée. Elle évolue. L’idée devient projet et via Internet, le monde entier peut y participer. C’est ça le Fablab au quotidien.

* Co-créateur Fablab Neuchâtel

Le prochain article de la série dans nos éditions de demain.



agefi_2015-06-10_mer_06
 


...