5 juillet 2012: interview de Herwig van Hove, Notz Stucki, accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


Entre menaces et opportunités

Notz Stucki. La conférence semi-annuelle a réuni quelques talents aux convictions fortes et aux perspectives inattendues.

Présentée par Herwig van Hove, directeur exécutif de la société de gestion, la conférence semi-annuelle de Notz Stucki était centrée autour du thème de l’identification des opportunités en période de crise, au sein d’un forum où s’expriment des acteurs financiers qui investissent leur propre patrimoine en fonction de leurs convictions et où, en quelque sorte, les conseilleurs sont aussi les payeurs.

En première partie, Anatole Kaletsky, co-fondateur – avec Charles Gave, présent lors de la conférence précédente en janvier dernier – et chef économiste de GaveKal, a exposé des vues plutôt rafraichissantes sur l’Europe (lire l’interview - voir page PDF ci-contre).

Lui  a succédé Alvaro Guzmán de Lázaro, associé et gérant chez Bestinver, l’un des premières maisons de gestion espagnoles, grand tenant de l’école autrichienne d’économie, également connue sous le nom d’École de Vienne et dont le représentant le plus célèbre est sans aucun doute Friedrich Hayek, récompensé pour ses travaux par le prix Nobel d’Economie en 1974. Spécialiste des marchés action, Alvaro Guzmán admet que l’analyse est délicate en ces temps troublés et qu’il est malaisé d’identifier des sociétés de qualité à des prix intéressants. Il existe néanmoins selon lui encore suffisamment d’inefficiences pour que le jeu en vaille la chandelle. Les bonnes affaires sont à trouver parmi les sociétés à capital familial, parmi les types d’actions moins valorisées (préférentielles par exemple), au sein des petites capitalisations négligées par les analystes,  au cœur des projets à long terme peu séduisants pour les investisseurs trop pressés ou encore dans les pays à mauvaise réputation comme l’Italie ou l’Espagne, à condition de se tourner vers les entreprises exposées à la croissance globale et non domestique. Ce qu’il recherche, ce sont les sociétés dont le modèle n’est pas reproductible. Sa recette ? Rien ne sert d’être particulièrement malin, il faut être particulièrement patient et ne pas désinvestir. Sur le plan des perspectives globales, il se montre presque optimiste. Une seule année de croissance chinoise – même ralentie – représente 7 fois la contraction combinée de l’ensemble des pays d’Europe du Sud. Tout comme Anatole Kaletsky, il estime que la croissance mondiale a encore de beaux jours devant elle… en dehors de l’Europe.

Greg Coffey, co-chef investisseur et gérant chez Moore, est un spécialiste de la première heure des marchés émergents. Il a tenté de tirer quelques enseignements de la crise asiatique des années 1990 pour mieux évaluer celle de la zone euro. Première constatation remarquable: la dette américaine représente 105% du PIB, celle de la zone euro 87%. Ce n’est pas combien mais où qui fait la différence, pour l’instant. Deuxième remarque intéressante : les solutions aux crises se trouvent au sein des décisions politiques et du contrôle des devises. Le cas de l’Indonésie que les troubles politiques ont mené de crise en désastre, est, à cet égard, parlant. En l’absence des unes comme de l’autre, l’Europe est mal engagée.

C’est à Philippe Kellerhals de Cairn Capital qu’est revenu le privilège de clore la conférence sur la réactivité – et la regrettable absence de pro-activité– des dirigeants européens. Tout comme ses confrères, il déplore un manque de fermeté qui crée une volatilité récurrente et réduit les opportunités investissements. Tout comme eux, il regrette que l’Europe ne réussisse pas à mobiliser suffisamment de solidarité pour mutualiser – et résoudre – ses difficultés.

CV

Responsable de la Stratégie et du Développement chez Notz Stucki, Herwig van Hove a obtenu un diplôme d’Economie appliquée auprès de l’Université d’Anvers (UFSIA) avant de passer un MBA à l’INSEAD à Paris en 1998. Actif dans la gestion de fortune depuis près de 15 ans, Herwig van Hove a notamment travaillé pour Morgan Stanley en qualité de directeur exécutif dans le département de gestion privée de 1999 à 2009. Avant d’exercer cette activité, il a occupé le poste de responsable d’agence pour le compte de la Citibank, en travaillant plus particulièrement dans le domaine de la gestion privée.

Company Key facts

Le Groupe Notz Stucki est l’une des plus importantes sociétés de gestion totalement indépendante en Europe, fondée en 1964. Avec des équipes réparties sur huit bureau (Genève, Luxembourg, Singapour, Londres, Hamilton, Zurich, Bahreïn, Madrid), le Groupe est présent dans les principaux centres financiers. Grâce à l’expertise de ses quelques 80 collaborateurs, Notz Stucki est capable d’offrir un service personnalisé que ce soit à la clientèle privée comme institutionnelle. Le Groupe favorise une approche globale à la gestion de portefeuille et offre trois types de services : Gestion de portefeuille, discrétionnaire, Conseil en gestion de portefeuille, Fonds. Guidé par ses dirigeants qui sont impliqués non seulement dans la gestion stratégique du Groupe mais aussi dans la relation de clientèle, le Groupe est structuré autour des unités clés suivantes : Clients, Allocation et Gestion d’Actifs, Administration, Stratégie et Développement.

Hedge Fund Industry 1990 – Q1 2012

Fund of Funds 1990 – Q1 2012

Hedge Funds vs. Fund of Funds