26 septembre 2012: interview de Matthias Egger, Mirabaud & Cie, accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


Performance comparable à celle des marchés émergents

Mirabaud. Les petites et moyennes capitalisations suisses offrent des rendements tout à fait exceptionnels.

Nicolette de joncaire

Mirabaud - Equities Swiss Small and Mid est un fonds traditionnel dont l’objectif est de capturer les opportunités à long terme du segment des petites et moyennes capitalisations du marché suisse en réalisant un rapport risque / rendement de meilleure qualité que son benchmark, le SPI EXTRA. L’approche active est fondée sur l’analyse bottom-up d’un univers de 120 titres issus de l’élimination des sociétés dont la liquidité est insuffisante et de celles dont la capitalisation est inférieure à 100 millions de francs.  

Le gérant, Matthias Egger, ancien de Pictet et de Deutsche Bank, conduit une recherche détaillée dont les principaux critères sont une gestion solide et un modèle d’affaires sain basé sur la génération de free cash-flow. Il en dégage 35 positions, concentrées sur des acteurs de niche, leaders dans leur domaine car dans de nombreux cas, les petites et moyennes capitalisations suisses atteignent le statut de chef de file dans leurs secteurs respectifs, grâce à la qualité de leurs produits, la reconnaissance internationale de leur marque, leurs innovations technologiques ou leur pouvoir sur les prix dans un environnement concurrentiel.

Par rapport à l’indice, Matthias Egger surpondère de 3% les sociétés pour lesquels sa conviction est très forte et de 2% celles pour laquelle elle est forte. Les grandes mid caps ont tendance à être plutôt sous-pondérées. Au 21 septembre, le fonds dégage une performance absolue sur l’année de 14,6%, surperformant confortablement son benchmark qui n’en réalise que 11,4%.

Parmi les titres privilégiés, il a choisi le constructeur Implenia, pour sa forte intégration dans l’économie suisse, son indépendance vis-à-vis des aléas de la zone euro, ses marges en progression et la sous-valorisation relative du titre. Autre conviction réfléchie, Flughafen Zurich, la société d’exploitation de l’aéroport, promise à une croissance significative avec l’augmentation des tarifs de trafic aérien - inchangés depuis longtemps - prévue en 2014 et la construction, en 2018, d’une ceinture d’équipements comprenant commerces, hôtels et bureaux. Très tournée vers l’international, Flughafen est également peu exposée à la zone euro. Le développement en Amérique du Sud du prestataire de vente au détail de l’univers du voyage, Dufry, lui parait également d’excellent augure. Une tendance que la coupe du monde de football au Brésil en 2014 devrait renforcer. La hausse des exportations de Swatch vers l’Europe - l’Allemagne en particulier -, en hausse de 50 à 60%, permettra à la société de compenser largement le fléchissement récemment observé en Chine. Parmi les autres favoris, il compte Tecan, l’un des premiers fournisseurs mondiaux d’instruments et de solutions aux laboratoires, OC Oerlikon, la société de technologie dont 50% des équipements sont écoulés en Asie et AMS, le fabricant de semi-conducteur qui profite pleinement de l’explosion de la demande de tablettes et dont le titre a déjà pris 150% depuis le début de l’année.

Interrogé sur l’impact du franc fort sur ce segment de l’industrie suisse, Matthias Egger estime qu’après un fort trauma l’année dernière, lorsque le franc s’est retrouvé à parité avec l’euro, un large ensemble de sociétés s’est largement rééquilibré, même si exprimés en francs suisses les résultats semblent moins satisfaisants qu’auparavant. Restent touchées de manière structurelle les sociétés souffrant structurellement d’un déséquilibre entre coûts en francs suisses et revenus en euro.

Il n’a aucun doute sur l’efficacité de la stratégie de taux-plancher mise en place par la Banque Nationale Suisse. «Sans cette stratégie, l’impact sur l’industrie suisse aurait été extrêmement négatif» explique-t-il. Avec plus de recul et à long terme, il juge que le franc fort a un impact très positif sur le marché actions du point de vue de l’investisseur. Sur une base dollar, les actions suisses ont grimpé de 450% en 15 ans, une des meilleures performances de l’equity, comparable à celle des marchés émergents. Bénéficiant d’une excellente exposition aux méga-trends, leurs perspectives sont toujours très satisfaisantes, renforcées par la stabilité politique et budgétaire du pays.

L'Agefi, 27.09.2012

CV

Matthias Egger est analyste et gérant dans l'équipe d'investissement de Mirabaud où il est responsable du fonds Mirabaud – Equities Swiss Small and Cap fund et des mandats sur les actions suisses. Fort d'une expérience de 15 ans, il gère également des mandats institutionnels. Il a rejoint Mirabaud en 2011 et était précédemment responsable du fonds Swiss Small and Mid Caps et des mandats institutionnels chez Deutsche Asset Management Suisse depuis 2006 (AuM 230 millions de francs) ainsi que deputy manager des stratégies Swiss Large Caps Equity (AuM 1 milliard). Matthias Egger a plus de 6 ans d'expérience comme analyste des actions suisses chez Pictet et Helvea. Il est titulaire d'un diplôme en Banque et Finance de la Graduate School of Economics (HWV) de Berne et d'un CFA.

Company Key facts

Fondée à Genève en 1819, Mirabaud & Cie est aujourd’hui une firme multinationale présente sur quatre continents. Mirabaud propose des conseils et des services financiers personnalisés à ses clients dans trois lignes d'activité : Gestion privée (gestion de portefeuille, conseil en investissement et prestations aux gestionnaires d’actifs indépendants), Asset Management (gestion institutionnelle, gestion et distribution de fonds) et Intermédiation (courtage, finance d’entreprise et gestion des dettes). Société indépendante en forte croissance, Mirabaud a triplé ses actifs sous gestion en dix ans. Dans le domaine de l’intermédiation, elle occupe les premières places des classements de la finance d’entreprise en 2011 sur le marché des investissements alternatifs de la Bourse de Londres et pour les 100 plus grandes capitalisations de l’AIM. Le groupe emploie environ 600 personne et dispose d’une présence en Suisse (Genève, Bâle, Zurich), en Europe (Londres, Paris, Madrid, Barcelone et Luxembourg) et dans le reste du monde (Montréal, Hong Kong, Dubaï et Perth).

 

Swiss small and mid caps versus US

Mirabaud vs Benchmark

CHF-EUR