Premier pas de Virtual Finfair

06 novembre 2013: visite de Virtual Finfair par Nicolette de Joncaire (Agefi) et Claude Baumann (Finews) avec Dukascopy TV



L'évènement est assez insolite

L'Agefi 08.11.2013

Virtual FinFair. Entre esthétique attrayante et fonctionnalité riche. Une expérience innovante et un résultat au-delà des attentes. 

Mercredi se tenait la première foire financière virtuelle au monde, la Virtual FinFair organisée par E-MERGING, le réseau des gérants indépendants de Lombard Odier. Cette aventure insolite était une première pour la communauté financière mais aussi pour les équipes de reportage de l'Agefi, de Finews et de Dukascopy. Au programme, promenade de la foire, visite de l'auditorium et écoute de conférences, enquête dans les stands des exposants et bien sur rencontres avec  les participants. Jusque là, un itinéraire tout à fait ordinaire.

Ce qui l'était beaucoup moins, c'était le modus operandi. A commencer, si vous êtes exposant, par la construction du stand qui exigeait une meilleure connaissance de Photoshop et de Flash que de la menuiserie (bien évidemment cette dernière est tout à fait superflue). A nouvel environnement, nouvelle expertise.

Se rendre à une foire virtuelle présente l'avantage de réduire considérablement les dépenses et de ne pas avoir à se déplacer. Quelques clics et vous y êtes. Choisissez ensuite votre avatar parmi une sélection restreinte (apparemment les femmes n'ont pas droit au pantalon) et vous êtes prêts à démarrer. Se déplacer exige un peu d'apprentissage et il est plutôt amusant de regarder les nouveaux venus tourner en rond avant de maitriser leurs mouvements. Rien de bien sérieux, en quelques secondes le tour est joué. Mais attention, évolution technologique exige, mieux vaut choisir le bon ordinateur et le bon browser. Sans vouloir dénigrer certains, Mac, Google Chrome et Safari, meilleur gestionnaires de mémoire, emportent la partie.

Une fois sur place, il faut bien reconnaitre que l'ensemble avait de l'allure malgré quelques couacs inévitables. Environnement idyllique, pavillons majestueux, auditorium grandiose, E-MERGING – avec le soutien de la startup Hyperfair – s'est vraiment donné du mal. Quant aux sept sponsors (BlackRock, iShares, IOGI, Source, DFI International, Swiss Bullion et BRP Bizzozero & Partners et bien sur Lombard Odier) et aux vingt-six autres partenaires - dont IBO, ETF Securities, SAGE, Tradition, ou Voxia -, ils ont joué le jeu. Les stands étaient imposants, riches en descriptions de produits, en brochures et en vidéos. A noter, chaque avatar est muni d'un sac qui lui permet de collecter les cartes de visites et les brochures qui intéressent son propriétaire et de récupérer le tout par téléchargement en fin de journée.

L'auditorium offrait une dizaine de conférences orientées vers des sujets d'intérêt pour le public de référence. Citons celles sur le passeport financier en Asie (Leong Sze Hian, Dicken), la finance durable (Angela de Wolff, Conser Invest), l'allocation des actifs (Ewen Cameron Watt, BlackRock), la performance (Nicholas Hochstadter, Investment By Objectives), les médias sociaux et le marché des UHNW (Mykolas Rambus, Wealth-X) ou encore le rôle de Twitter dans la communication d'entreprise (Matthias Lüfkens, Burson-Marsteller). Ce dernier a introduit la communication digitale au World Economic Forum. Pas de sessions interactives mais il était possible de contacter directement les speakers qui se trouvaient sur place.

Pour se déplacer d'un lieu à un autre, le téléportage est de mise. Choisissez votre destination sur la carte, cliquez et vous y êtes. Heureusement car se retrouver dans une foire virtuelle n'est pas plus aisé que de s'orienter dans une foire réelle. Même chose pour retrouver un participant: cherchez son nom et retrouvez-vous face à face en une seconde. Toutefois, le contact est moins intuitif. Vous pouvez échanger vos cartes de visite, et vous entretenir par messagerie ou par Skype (une option plus vivante puisque vous voyez votre interlocuteur sur l'écran mais plus lourde en ressources informatiques), mais question d'aller vous attabler autour d'un café. Le monde virtuel a ses limites.

En ce qui concerne nos équipes, nous avons lâchement choisi de tourner partiellement au cours de la journée préparatoire, juste pour ne pas être pris de cours. Bien nous en a pris car les mises au point initiales (accoutumance à l'environnement ou apprentissage des prises de vues) nous ont demandé un peu de temps et de réflexion. En conclusion, et comme pour tous, avec un peu d'entrainement, l'effort est bien moins exigeant que celui qui doit être déployé dans un salon physique. Même si, en fin de journée, nous avons ressenti quelques lourdeurs dans la tête à défaut de celles que nous connaissons d'habitude dans les jambes.

Au final, le résultat était bien au-delà des attentes d'Olivier Collombin, responsable d'E-MERGING, et de son équipe. Trente-trois exposants ont ouvert un stand alors que l'on n'en espérait qu'une vingtaine. Le nombre de 500 visiteurs visés pour la journée était déjà dépassé à l'heure du déjeuner. Le concept et l'esthétique ont séduit malgré les inéluctables maladies de jeunesse.  "Il faut continuer sur ce chemin et le décliner à l'avenir pour le rendre encore plus attractif. C'est l'une des voies que la place financière suisse doit savoir maitriser" concluaitt Olivier Collombin, au terme de la journée.


Company Key facts

Virtual FinFair

Le premier salon financier virtuel au monde, Virtual FinFair organisée par E-MERGING, le réseau des gérants indépendants de Lombard Odier, s'est tenu le mercredi 6 novembre. Avec  33 exposants, 7 sponsors et un millier de participants, représentés par leurs avatars dans un univers en 3D. L’événement s’inscrit dans le cadre des activités développées par le réseau social de gérants indépendants E-MERGING dont les quelques 1000 entités-membres, originaires de 49 pays, et leurs invités ont participé à la rencontre.

 

Virtual-FinFair

Avatars de Claude Baumann (Finews) et de Nicolette de Joncaire (L'Agefi)

Carte Virtual FinFair

Stand E MERGING

Stand BlackRock

Stand Agefi Dukascopy Finews

Auditorium

Télécharger la page en PDF

 

Télécharger la page en PDF