Olivier Collombin de Lombard Odier sur E-MERGING

28 août 2013: interview d'Olivier Collombin, Lombard Odier, accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


Première foire financière virtuelle

L'Agefi 29.08.2013

E-MERGING. Lombard Odier lance Virtual FinFair le 6 novembre. Quand les gérants indépendants se retrouvent en 3D. 

Conçu comme un écosystème professionnel, E-MERGING de Lombard Odier se décrit comme le réseau des experts indépendants de la finance. C'est avant tout le premier laboratoire proposant un nouveau modèle de travail aux gérants indépendants dont la profession est en pleine mutation.  Destinée à l'origine à faciliter les fusions entre sociétés de gestion, la plateforme E-MERGING – la plus complète à ce jour - offre désormais un réseau d'affaires transversal à l'ensemble des acteurs de la profession. Ouverte aux gérants d'actifs indépendants du monde entier, elle s'est élargie l'année dernière aux avocats, aux consultants en ressources humaines, aux fournisseurs de solutions informatiques et aux fiduciaires. Soixante partenaires et près de mille entités adhèrent aujourd'hui au concept, sans nécessairement entretenir un lien d'affaires avec la banque. Ils sont originaires de 46 pays et gèrent collectivement 296 milliards de dollars. Olivier Collombin, responsable des activités dédiées aux gérants indépendants chez Lombard Odier et fondateur d'E-MERGING, continue d'innover en lançant, le 6 novembre, Virtual FinFair, la première foire financière virtuelle au monde.

Pourquoi un réseau social des gérants indépendants?

Banques et établissements financiers sont longtemps restés enfermés dans un carcan «quasi-militaire». Hiérarchie rigide, taille critique, consolidation, cloisonnement de l'expertise et rétention de l'information étaient les maîtres-mots de la profession. La croissance ne pouvait passer que par la grandeur et la puissance financière. Quant aux gérants indépendants, ils travaillaient de manière isolée, souvent coupés de leurs pairs et de la diversité de ressources qui leur était nécessaire. L'évolution du paysage financier – en particulier celle des exigences règlementaires - nous a conduits, dès le début des années 2000, à une réflexion sur le mode de fonctionnement de la profession de gérant indépendant, touchée par les mêmes écueils que les banques. L'une des réponses possibles aux difficultés du métier était la consolidation. Nous avons donc cherché à faciliter les rencontres entre gérants pour leur permettre d'identifier des opportunités de fusion. Au milieu des années 2000, l’évolution technologique nous a menés à un changement radical de perception. Etre petit et savoir partager devenaient des atouts, à condition de pouvoir fédérer les expertises. Nous avons donc progressivement évolué vers un modèle de partage qui permettait d'horizontaliser des compétences traditionnellement verticalisées à l'intérieur des établissements financiers. Sans cheminer de manière linéaire mais plutôt par itérations, par touches successives. Et en essayant de nous assurer que chacun y trouvait son compte.

Comment s'est faite cette évolution?

Les premières étapes se sont inspirées du speed dating. En 2004, 25 gérants indépendants ont été invités à se rencontrer à tour de rôle au cours de brèves réunions d'un quart d'heure réparties sur une demi-journée. Certains se connaissaient depuis plus de 15 ans sans s'être jamais parlé. L'année suivante, nous avons renouvelé l'expérience sur une journée entière, ouverte par notre Associé Thierry Lombard, au cours de laquelle une centaine de sociétés ont fait connaissance et échangé leurs attentes. La troisième rencontre a pris la forme d'un "Merger and Acquisition Forum". 130 sociétés – dont un tiers en provenance de Suisse alémanique – se sont rassemblées et ont répondu à 50 questions sur leurs attentes au travers d'un boîtier électronique. Les tendances générales étaient affichées au fur et à mesure et ont fait l'objet d'un rapport non-nominatif distribué aux participants. En septembre 2006, Facebook est devenu accessible au public, sans pour autant nous en inspirer, ceci nous a convaincu de créer la plateforme de réseau professionnel que vous connaissez aujourd'hui et dont la première version a été inaugurée en 2009.

Mais il ne s'agit plus aujourd'hui de fusions et d'acquisitions

Plus uniquement, en effet. Les réseaux sociaux ont permis de rompre avec les modèles du 20e siècle. L'outil qui devait faciliter les fusions entre gérants indépendants sert aujourd'hui également… à ne pas fusionner. Il permet de partager expériences et compétences.

Est-ce la raison pour laquelle vous l'avez étendu à d'autres acteurs?

Exactement. A partir du moment où il s'agissait d'échanger, il devenait opportun d'ouvrir la plateforme à d'autres services et d'autres talents. Aux cabinets juridiques, aux consultants en ressources humaines, aux fournisseurs de solutions informatiques, aux « asset managers » et aux fiduciaires. Ainsi qu'aux futurs gérants indépendants.

La plateforme n'est donc pas réservée à vos clients de Lombard Odier

Non. Elle est ouverte à toute entité dont le profil correspond à certains critères. En outre, l’anonymat est la règle sur le site. Plus un membre accepte de fournir d’informations sur lui-même, plus il peut accéder à celles soumises par les autres. Les membres se contactent directement et peuvent révéler leur identité en bilatéral. Ils peuvent aussi y offrir leurs produits. En ce qui nous concerne, nous offrons de la substance, du contenu, sans rétribution directe.

Aviez-vous prévu cette évolution?

Pas précisément. Nous avons introduit un mode de fonctionnement basé sur la confiance et non sur des chiffres. En usant d'instruments nouveaux. Une initiative difficile à baliser mais dans laquelle nous nous sommes engagés avec des moyens modestes et donc en prenant des risques mesurés. 

Avec Virtual FinFair, vous allez franchir une étape plus audacieuse. Pourquoi et comment?

En Suisse mais encore plus à l'étranger, l'appétit de partage est énorme. Nos membres viennent de 46 pays différents. Ils incluent, par exemple, l'ensemble des membres de l'Association des gérants indépendants de Singapour. Cela aura été un défi logistique de tous les réunir. Nous avons voulu qu'ils puissent participer et accéder aux services et produits, sans avoir à se déplacer. Les visiteurs de la foire financière virtuelle, représentés par leurs avatars, auront les mêmes choix que ceux qui se rendent dans des foires ordinaires. Ils seront à même de communiquer entre professionnels, de visiter les stands de nos partenaires, de consulter documents et vidéos d'entreprise et d'échanger leurs cartes de visite. Ils pourront également assister à des présentations et à des tables rondes de manière interactive. C'est une initiative qui exige des technologies de pointe et nous nous sommes adressés à un spécialiste, HyperFair, pour nous assister sur le plan technique.

Quelles sont les prochaines étapes?

Nous prévoyons de lancer cet automne une série de courts métrages sur les métiers de la finance. Mais il est encore un peu tôt pour en parler.


CV

Olivier Collombin

Porteur d'une maturité obtenue à l'Ecole Supérieure de Commerce de Genève, Olivier Collombin a travaillé cinq ans au Crédit Suisse dans les secteurs du Crédit et de l’Institutionnel. Il a rejoint le banquier privé Hentsch & Cie en 1987 afin d'y créer le département en charge des Gérants de Fortune Indépendants et des Négociants en Valeurs Mobilières. Il est à ce jour à la tête de cette activité stratégique pour l'ensemble du groupe Lombard Odier. Associé de Lombard Odier & Co Capital Partners, Olivier Collombin est également le fondateur d’E-MERGING, un réseau social B2B, ainsi que le vice-président de Cité Gestion S.A. Il est également membre de l’Advisory Board de la CIFA (Convention of Independent Financial Advisors)

Company Key facts

Lombard Odier

Fondée à Genève en 1796, Lombard Odier & Cie est la plus ancienne maison de banquiers privés à Genève et l’une des plus importantes en Suisse et en Europe. Au 31 décembre 2012, les fonds globaux administrés par Lombard Odier atteignaient 189 milliards de francs et les montants sous gestion s'élevaient à 164 milliards. Les effectifs se montent à 2000 collaborateurs dirigés par le Collège des Associés de Lombard Odier & Cie qui compte huit Associés-gérants.

E-MERGING: dates et chiffres

2000: Première réflexion sur l’évolution de la profession de gérant indépendant.

2004 : Première journée de Speed-Merging. 25 sociétés sont invitées à se rencontrer à tour de rôle au cours de brèves réunions d'un quart d'heure.

13 avril 2005: M&A Forum. Plus de 100 sociétés de gérants indépendants sont amenées à faire connaissance et à dialoguer deux par deux au cours d'une journée inaugurée par Thierry Lombard.

20 septembre 2006: M&A Forum.  130 sociétés – dont un tiers en provenance de Suisse alémanique – se réunissent et répondent à 50 questions sur leurs attentes via un boîtier électronique. Les tendances générales sont affichées au fur et à mesure et font l'objet d'un rapport non-nominatif distribué aux participants.

18 mars 2009: Lancement du site E-MERGING, plateforme en ligne destinée à faciliter des rapprochements entre les gérants indépendants.

7 décembre 2011 : La plateforme E-MERGING est désignée au 1er rang de la catégorie Marketing & Business dans le cadre de la compétition le Meilleur du Web.

10 octobre 2012 : La plate-forme  E-MERGING 2.0. est lancée. Après les gérants indépendants, elle s’élargit aux avocats, aux consultants en ressources humaines, aux fournisseurs de solutions informatiques, aux  «asset managers», aux fiduciaires et aux futurs gérants indépendants.

2013 : Création d’un E-STORE où les membres de la plateforme E-MERGING peuvent acquérir des outils et des services développés par une soixantaine d’organisations partenaires à des prix préférentiels (code de conduite par pays, par exemple).

6 novembre 2013: première Foire Financière virtuelle du monde (Virtual FinFair). Les membres seront invités à se retrouver dans le cadre d'une foire sur Internet où ils seront représentés par l'avatar qu'ils se seront créés.

Aujourd'hui: E-MERGING permet à près de 1000 entités - représentées par leur CEO - de travailler ensemble. Originaires de 46 pays, elles réunissent près de 10.000 collaborateurs et gèrent 296 milliards de dollars d’actifs. E-MERGING compte également une soixantaine de partenaires.

E-Merging

Télécharger la page en PDF