Olivia Mayell sur les actifs multi-classes globaux

12 juin 2013: interview de Olivia Mayell, J.P. Morgan Asset Management, accordé à Nicolette de Joncaire (Agefi) pour Dukascopy TV


La diversification absolue

L'Agefi 12.06.2013

J.P. Morgan AM. Le Global Income Fund offre tous les types d'actifs au niveau mondial au sein d'un portefeuille.

En 2007, un investissement de 100.000 euros dans un billet de trésorerie à 6 mois rapportait 4580 euros par an, aujourd'hui il n'en rapporte pas le dixième. Le rendement des obligations d'état américaines, britanniques, allemandes ou japonaises inférieures à deux ans n'atteint même plus 1%. Les investissements traditionnels ont fait long feu. Le rendement va se nicher dans des classes d'actifs considérées comme tout à fait exotiques il y a encore dix ans. Et les bons rendements varient d'année en année. La plupart des gérants se spécialisent par classe d'actif et même les meilleurs peuvent se retrouver victimes d'un contexte économique défavorable. Identifier la bonne classe au bon moment n'est pas simple et c'est bien là tout le secret d'une allocation efficace.

Fin 2008, J.P. Morgan Asset Management a lancé le Global Income Fund, un véhicule qui cherche à tirer parti des investissements les plus performants globalement en adressant toutes les classes d'actifs. Une entreprise qui s'appuie sur les équipes d'analyse extrêmement diversifiées de la société de gestion. En élargissant au maximum le périmètre de l'investissement, le fonds exploite toutes les possibilités de toutes les classes d'instruments disponibles. Actions (des pays développés et émergents), fonds immobiliers, hypothèques (exceptées celles des agences d'état comme Freddie Mac et Fanny May), dette souveraine des pays émergents, dette d'entreprise (Investment Grade, High Yield et convertibles), le portefeuille offre une exposition multiple sur plus de 1100 positions.

"Une diversification indispensable", explique Olivia Mayell, responsable du portefeuille auprès de la clientèle, commentant le tableau complet des rendements par classe d'actifs depuis 2000 établi par. J.P. Morgan. Il y apparait clairement que le rendement se déplace d'une année sur l'autre en fonction du contexte macroéconomique et de l'appétit des investisseurs. Le rendement le plus élevé en 2009 se trouvait dans les actions émergentes (+62,8%) alors qu'en 2010 les REITs ont pris le lead (+28,8%), suivis par la dette émergente en 2011 (+7%) et de nouveau les REITs en 2012 (26.7%). Cette année, les actions globales sont en tête (+9,9%). Un type d'actifs peut passer en tête du classement après avoir trainé en queue dans les années précédentes (et vice-versa). Bons  derniers en 2007 avec  un rendement négatif de 16,1%, les REITs se retrouvent tous premiers 3 ans plus tard à 28,8%. Les commodities, secondes du classement en 2007 et 2010 (respectivement 16,2% et 16,8%), sont dernières en 2011 et 2012 (-1,1%).

Sur 10 ans, les meilleurs actifs annualisés se trouvent être les actions émergentes (+15,3%), la dette émergente (11,6%), le High Yield (11,4%) et les REITs (9,5%). Encore fallait-il le savoir et supporter la volatilité qui y est attachée. En construisant un portefeuille global et en réallouant régulièrement les positions, le fonds tire parti des actifs offrant le plus de revenu en diversifiant le risque car ce qui marchait bien hier ne marchera pas forcément demain. Un exercice de style bien réel entre rendement et risque avec une volatilité moyenne de 8%, en ligne avec un mix 60% actions/40% taux fixe.

Pour construire le portefeuille, Michael Schoenhaut, responsable du Global Income Fund, et son équipe de gestion ont recours à l'expertise de chacun des teams spécialisés de J. P. Morgan. Neuf gérants y contribuent par leurs compétences bottom-up dont Lisa Coleman sur les Investment Grade Bonds (L'Agefi du 2 mai 2012) ou Richard Titherington sur les actions émergentes (L'Agefi du 19 septembre 2012). C'est cependant sur Michael Schoenhaut que reposent les allocations globales et le choix final des actifs sélectionnés. Les allocations ne sont pas prédéterminées mais guidées par la qualité et le rendement des actifs. Avec au final une performance annualisée du fonds de 14,3% depuis le lancement et de 7,3% depuis le début de l'année.

Récemment, ses convictions l'ont amené à prendre des profits sur le High Yield (dont l'allocation tourne aujourd'hui autour de 20%), à réduire l'exposition à la dette émergente (5%) pour se tourner vers les actions des pays développés très porteuses depuis fin 2012. Une nouvelle position tactique a également été ouverte sur les obligations Investment Grade espagnoles et italiennes.

A noter, la diversification des valeurs est très différente selon la classe d'actifs: 72 positions sur les actions globales alors que le High Yield en compte 588. Ce qui rend la liste des Top 10 assez peu significative.

CV

Olivia Mayell

Olivia Mayell est arrivée chez J.P. Morgan en 2000. Elle y est Managing Director et gestionnaire de portefeuille pour la clientèle du groupe Global Multi-Asset basé à Londres. Dans ce contexte, elle est responsable d'une gamme de fonds de convertibles, de total return et de fonds de fonds. Elle était auparavant gérante de portefeuille d'actions globales. Olivia Mayell est titulaire d'un BSc (Hons) en sciences naturelles de l'Université de Durham.

Company Key facts

J.P. Morgan Asset Management

J.P. Morgan Asset Management fait partie du pôle de gestion d’actifs et de fortune du groupe JPMorgan Chase & Co, l’un des plus grands établissements de services financiers au monde. Ses encours atteignent 1 483 milliards de dollars (au 31 mars 2013) et la société est présente dans 50 pays et emploie 771 experts.

 

Income

Global Opportunities


Diversification